Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 A la découverte d'Atys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazzy

avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: A la découverte d'Atys   Jeu 11 Sep - 14:35

Le 03-04-2005 à 14:40

Cynedra a écrit:
A la découverte d'Atys
Premiers pas Une heureuse rencontre


Je suis encore toute émue au souvenir de ce qui fut, il faut bien le dire, mon premier voyage au-delà des Terres des Grands Lacs d'Aeden. Pour qui n'a jamais connu des Nouvelles Terres que les Lacs Trykers, cela est toujours un choc.. et une renaissance, d'une certaine manière.

Une trykette morose...

Ce soir là, je déambulai, comme à mon habitude en ces temps de calme, dans les rue d'Avendale. Après de longues heures peu concluantes en m'essayant au forage et à l'extraction de matières premières, car il faut bien vivre de quelque chose, j'étais plutôt maussade.

Et, ce qui ne m'arrangeai guère l'humeur, mes tentatives d'exploration des zones frontières se soldaient systématiquement par un échec cuisant soit je devais rebrousser chemin devant un mur implacable de Kitins et autres dangers en tous genres, soit je faisais fi du danger et tout se terminait bien souvent au détour d'une colline ou d'une falaise qui un Cute, qui un Kipesta, je me retrouvais vite malmenée comme fétu de fibres.

Bien sûr, la Karavan veille, et je suis toujours là, bien en vie. Mais lourd est le tribut chaque fois l'on est pris d'une telle langueur ; il faut plusieurs heures pour recouvrer tous ses moyens, c'est insupportable.

Un Tryker à la recherche d'action...

Ce soir là, je croisai Baal au détour d'un ponton... ne sortait-il pas de cette taverne qu'il affectionne tant ?

En tout cas je le sentais tendu, comme une corde d'arc prête à rompre.

*... Foré toute la journée, je n'en peux plus, il faut que je bouge, que je me change les idées.* me confiai-t-il.

Il bouillait littéralement d'impatience à l'idée de faire quelque activité qui le porterait loin d'une pioche.

*Toujours intéressée par les Primes ? Ca te dirait une mini-expédition ?*

La question était posée pour la forme il connaissait naturellement mon obsession du moment. Ma raison a bien vite baissé les bras devant mon insatiable curiosité. Le danger était de taille, certes, et nous l'avions déjà tentée ensemble tant de fois, cette traversée des Plages d'abondance... sans jamais y parvenir.

... pour une folle expédition

Nous décidâmes donc de tenter notre chance en passant par le vortex de la Source. Peu d'ennuis sur cette partie du chemin, ce soir là, les cutes ne furent pas de sortie et les kinchers restèrent discrets.

Il en fut tout autrement de l'autre côté du vortex. Les Plages ne sont pas endroit à relâcher son attention ne serait-ce qu'une seconde.

Tout se passa bien, longeant les falaises, nous progressâmes un moment sans encombres, parvenant même à trouver une sorte d' "angle mort" à proximité d'un téléporteur hors service, à partir duquel nous pûmes observer le défilé d'une demi-douzaine de torbaks, puis d'une demi-douzaine de cutes, qui passèrent ainsi à moins de 10 mètres de nous sans jamais nous apercevoir.

Tout allait donc bien, jusqu'à ce que l'on se remette en mouvement pris en tenaille entre deux groupes de cutes, la sanction ne fut pas longue à venir.

Un Dragon meurt mais ne se rend point.

Il était impensable naturellement de s'arrêter au premier échec. Le but était à la fois si loin et si proche.

Cette fois-ci nous tentâmes par l'accès est des Plages. Un peu de natation à partir de Windermeer pour nous remettre les idées en place et nous pûmes franchir le vortex. Une fois encore.

La progression fut cette fois plus longue, peut-être plus prudente. Mais toujours étions-nous cernés par le danger, omniprésent, oppressant. Tous les sens en éveil, nous scrutions les alentours à chaque détour d'une falaise ou d'une colline, guettant la présence éventuelle de rôdeurs ou bien d'un étang qui nous mettrait un instant à l'abri du mal.

C'est à peine si je parvenais à respirer et à marcher tant mes muscles étaient tétanisés par la peur.

Une curieuse rencontre.

Et alors que nous courions, une fois de plus, pour traverser une étendue relativement vide, mon regard se porta sur la droite, et je crus que c'en était fini de nous. Nous arrêtames la course si brusquement que je faillis me retrouver les quatre fers en l'air. Là, à une portée de lance-pierre, une forme accroupie au sol... Cute ?

Puis la forme se déplia, la créature se mit debout et... nous nous retrouvâmes devant un homin. Qui forait. Tranquillement. Curieuse rencontre en un lieu si inhospitalier. Il s'appelait Céphire, et il n'était pas sans ressembler à Baal, c'était intrigant.

Nous reprîmes notre route, après quelques échanges courtois, comme il se doit entre trykers de bonne compagnie.

Paut-être étions-nous encore sous le coup de la surprise, toujours est-il que nous nous retrouvâmes aux prises avec de nombreux cutes. Trop nombreux. Plus de zéro cutes, c'est déjà trop nombreux pour moi, alors 3 ou 4...

Une fois de plus, les Plages avaient eu raison de nous. Une fois encore, en attente dans les limbes, je m'apprêtai au transfert de nos corps par la Karavan.

Il n'en fut rien.

Une heureuse rencontre.

L'instant d'après, une formidable énergie m'emplissait et je recouvrai tous mes sens. Baal à côté de moi, se relevait également, encore éberlué, tout comme moi. Et à côté de nous, Céphire. Un léger sourir aux lèvres. Mais pas de moquerie dans ce sourire. Juste un léger amusement, j'imagine, devant la témérité de ces jeunes homins qui voudraient braver les Plages avant d'y être peut-être totalement prêts.

Après l'avoir remercié, nous reprîmes à nouveau la route des Primes. Et... nous tombâmes à nouveau sous les coups redoublés de nos ennemis.

Peut-être l'avons nous ému ? Ou bien s'agit-il tout simplement de l'un de ces homins qui jamais n'hésite à aider son prochain ?

Toujours est-il qu'il nous proposa généreusement de nous escorter et de nous montrer le chemin. Une offre qui ne se refuse pas.

Dès lors, terminé le cauchemar oppressant kinchers, cutes et autres habitants des plages finissaient souvent, lorsqu'il nous arrivait d'en croiser, en un tas de cendres à une vingtaine de pas de nous.

C'est ainsi que Cephire nous déposa sains et saufs au pied du vortex menant aux Primes Racines.

Les Primes Racines

C'est ainsi que je franchissai, en ce jour inoubliable, mon premier pas hors des terres trykers.

Puis Baal me mena au téléporteur Karavan. Cela ne se fit pas sans mal. Un Kincher - ou bien était-ce un Kipucka - s'était invité depuis son dernier passage et ne manqua pas de nous créer des désagréments. Et oui. Premiers pas dans les Primes pour moi, et première chute également.

Mais nous arrivâmes finalement au terme du voyage. Là devant moi, à quelques pas seulement, le téléporteur Karavan m'attendait à bras ouvert.

Le premier jalon, disai-je à Baal un plus tard, une fois ma vive émotion passée.

En effet, je ne croyais pas si bien dire. Tout s'enchaîna si vite après...

Je vous conterai cela un jour également.


Kurutani
Ma découverte d'Atys


Dernière édition par Jazzy le Jeu 11 Sep - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 508
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: A la découverte d'Atys   Jeu 11 Sep - 14:37

Le 05-04-2005 à 22:21

Cynedra a écrit:
A la découverte d'Atys
Equipée en terres Zoraï.

De toutes les contrées étrangères peuplées de homins, ce fut celle du peuple Zoraï que je connus en premier. C'était peu de temps après ma première sortie de la région des Lacs, c'est à dire ma première incursion dans les Primes.

Une journée paisible

C'était un de ces après-midi d'été, sans le moindre nuage et sous un soleil de plomb. Le Lac d'Avendale brillait d'un éclat insoutenable. Je m'était abritée de la chaleur suffocante à l'intérieur d'une de nos tavernes favorites, et plus ou moins attitrées, "la table de Loria".

On y brassait déjà le Tonique de Loria, ce délicieux breuvage fermenté à base de graine, de stinga et de quelque ingrédient gardé jalousement secret, même s'il ne jouissait pas alors de la renommée qu'il a acquis de nos jours.


Un départ précipité

J'en étais à finir mon premier bol, quand j'entendis des pas précipités au dehors. Encore un excité, pensai-je. Puis la porte s'ouvrit brusquement, suivi immédiatement par un fracas de cristal brisé. Lorsque je me retournai, je pus voir Rodius se confondant en excuses auprès de la serveuse et l'aidant tant bien que mal à tout remettre en ordre.

Puis je le vis parcourir la salle des yeux, son regard vif et agile sautant d'un occupant à l'autre. Nos regards se croisèrent et un sourire éclaira son visage. Je m'approchai pour le saluer et là il me prit vivement par le bras, me poussant vers la sortie "Vite. Dépêche-toi. Pas le temps de discutailler. Si tu veux voir le pays Zorai, c'est maintenant, viens."

Sur le coup, éberlué par son attitude, je ne comprenais rien à ses paroles? et puis après quelques instants, ils firent leur chemin vers ma conscience? Zo-raï? zoraï?.ZORAI !

Le temps de passer une tenue appropriée et de me débarrasser du superflu, nous rejoignions Ayamiee à côté de l'étable et nous précipitions au point de ralliement, à Windermeer. Car il s'agit de ne pas être en retard. Quand une expédition se monte, la dernière chose à faire est de faire attendre ses guides, quelque compréhensifs qu'ils puissent être.


Les Plages vaincues sans accrocs

Il y avait là, pême-mêle, Trykers et Zorais. Luwenn, tryker, et Ardjuna, zorai, semblaient être les organisateurs de l'expédition. Nous étions 9 à partir. Parmi ces neuf, trois Dragons Noirs. Le départ fut donné rapidement ; il fallait profiter du jour pour passer les Plages d'Abondance.

Cette partie de l'excursion se déroula plutôt bien, peu d'accroc et pas de dérapage majeurs. Toutefois je n'étais pas si rassurée. Tout cela tient souvent à si peu de choses, un pas trop en avant, un léger écart sur le côté peut attirer l'attention des terribles créatures qui vivent dans ces terres sauvages et avoir des conséquences dramatiques.

L'idée de base est de se mouvoir furtivement entre les "troupeaux" et de ne pas se faire repérer. Plus facile à dire qu'à faire. D'où l'importance d'avoir un bon guide. Car la réussite du franchissement des zones sauvages repose entièrement sur sa connaissance et son habileté, ainsi que sur sa faculté à décider rapidement du meilleur itinéraire. Car la deuxième règle, c'est mobilité. Bouger toujours, rester en mouvement, car les troupeaux sont eux-mêmes très mobiles.

D'où une certaine tension qui règne en permanence sur le groupe. Enfin sur les moins aguerris, je suppose. Comme moi.

Bientôt je retrouvai le vortex menant aux Primes Racines, que j'avais découvert quelques jours seulement auparavant. Et nous pénétrâmes les Primes.


Voyage au centre d'Atys la traversée des Primes

Etrange lieu. Constamment plongé dans la pénombre, vaguement éclairé par la lueur blafarde émise par la végétation. Troublant. Inquiétant même. La visibilité y est assez mauvaise, et le danger y est grand. Un cocktail détonant pour garantir au voyageur une source permanente de mauvaises surprises.

Et des mauvaise surprises, il y en eut. Oh oui.! A de nombreuses reprises attaqué sur plusieurs fronts, le groupe tentait tant bien que mal de résister aux assauts d'une rare violence des Kipuckas et des Kinchers. Entre autres. Parfois, il ne s'en fut que d'un poil de Yubo pour que tout tourne à la catastrophe. Mais, Luwenn et Ardjuna ainsi que les autres vétérans de l'équipée connaissaient visiblement leur affaire, et finalement, nous arrivâmes au vortex menant aux terres Zorai.


Arrivée en terre Zorai

Dès le vortex franchi, Luwenn céda sa place à Ardjuna, qui ouvrit la marche afin de nous faire traverser sans encombres le territoire zoraï et nous mener jusqu'à la capitale Zora.

Pour un tryker, la vue des terres zorai est une expérience forte la végétation y est si luxuriante et répand un parfum si puissant... j'en restai un instant tout étourdie.

Puis nous reprîmes la marche. Agrémentant de temps en temps le parcours de récits sur l'histoire zorai ou nous indiquant à l'occasion quelques spots de matières premières intéressantes, Ardjuna nous mena bientôt d'un pas assuré à travers le dédale zorai.

Nous traversâmes rapidement Min-Cho, sans y faire une halte, si ce n'est pour récupérer des pactes de résurrection auprès des altars kamis.

La fin du Voyage

Puis ce fut Zora. Tout cela se passa si vite? Combien de homins ont pu se perdre dans ce labyrinthe végétal et y trouver une mort violente? mais nous disposions d'un guide hors-pair, et cela nous fut épargné.

Certains d'entres nous prolongèrent le plaisir et poussèrent le voyage un peu plus avant en pays Zorai.

Et puis ce fut le terme du voyage. Chacun poursuivit alors sa propre route et le groupe se dispersa. Non sans se promettre de se retrouver prochainement pour une nouvelle expédition. Cette fois-ci, ce serait sûrement un tour d'Atys.


Kurutani
Ma découverte d'Atys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A la découverte d'Atys
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mercredi 12 janvier "One shot découverte Nephilim"
» Découverte du jeu Magic the Gathering
» la grande découverte.
» [IMPORTANT A LIRE] Grande bombe baril + découverte
» Une découverte surprenante

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: