Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Voile de tristesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazzy

avatar

Messages : 515
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Voile de tristesse   Ven 12 Sep - 7:46

Le 07-05-2005 à 14:54

Cynedra a écrit:
Cette nuit-là, quand Poohl arrive à la taverne, il en trouve la porte dévérouillée. D'abord inquiet, il entre prudemment, tentant tant bien que mal d'étouffer le grincement de la porte.

Puis, voyant ses amis Dragons Noirs attablés, retrouve sa sérénité.

- Vous m'avez une de ces frayeurs, les amis.

La troupe est là au quasi-complet. Même Baal est là. Il semblait pourtant bien à Poohl l'avoir entendu annoncer quelque absence.

Mais quelque chose ne tourne pas rond. Un silence de mort régne, lourd comme une chappe de plomb.

Baal lève les yeux et invite Poohl à les rejoindre.

- Que se passe-t-il mes amis ? Quelqu'un est-il mort ?
- Oui et non. Nous le sommes tous plus ou moins, Poohl.

Se saisissant d'une missive posée devant lui sur la table, Baal la tend à Poohl.

- Tiens. Lis ça.

Poohl la déroule. Elle est signée de Rodius. Puis il en prend connaissance et son visage s'assombrit. L'incompréhension se lit sur son visage. Cette même incompréhension mêlée d'une infinie tristesse qu'il lit maintenant sur les visages des Dragons.

-... C'est une mauvaise blague ? Je savais Rodius joueur, mais ...
- Non Poohl. Visiblement ce n'est pas une de ces facéties. Rodius nous a quittés ce soir.
- Mais... pourquoi ? Est-ce quelque chose que vous avez fait ? Y aurait-il eu quelques disputes entre vous ?
- Je ne sais rien de plus que ce qui est écrit là Poohl. Et c'est bien ce qui nous mine autant. C'est déjà une terrible nouvelle en soi. Mais sa soudaineté et l'absence de discussion à ce sujet préalablement à son départ m'emplit de chagrin et de doute. Comme nous tous ici.
- Ha, mes amis. Il faut lui laisser le temps. Rodius est quelqu'un de courageux. Seul un profond malaise a pu le faire hésiter à vous en parler. Sa décision à dû être une des plus difficiles de sa vie.
- Ne te méprends pas Poohl. Nous ne le condamnons pas. Mais si nous n'arrivons pas à déceler le mal-être d'un de nos membres, d'un de nos officiers même, n'y a-til pas là motif à douter ? Nous sommes tous sous le choc, mais nous soutiendrons sans réserve Rodius dans les épreuves qu'il traverse.

Kurutani s'éclaircit timidement la voix, et prend la parole.

- Je... *s'éclaircit à nouveau la voix, enrouée* Il n'est pas parti sans s'ouvrir à l'un de nous. Il... Il m'a parlé. Nous... avons longuement parlé. J'aurais préféré qu'il s'en ouvre à toi ou à Cholle plutôt qu'à moi Baal. Aujourd'hui je porte ce poids et sur mes épaules et en mon coeur.
- Parle Kurutani. N'hésite pas.
- Je... Je ne m'étais pas aperçue à quel point il... tenait à moi. Et depuis que j'ai rencontré Elio... chaque rencontre devient pour lui une torture toujours plus intense. Et, il a donc besoin de prendre ses distances de moi. C'est... c'est pour cela qu'il a décidé de s'éloigner... de nous tous. Je... *sanglots* je regrette Baal. Mais je suis certainement la seule responsable de ce départ.
- ... Es-tu bien sûre qu'il ne s'agit de cela ? Rodius ne fait pas état de cela, à aucun moment.
- Oui. Mais vous connaissez Rodius. Il voulait me préserver. Jusqu'au bout il m'aura protégée. Mais je ne puis garder cela pour moi. C'est trop lourd à porter. Voilà, c'est dit.
- Merci Kurutani. Néanmoins, je préfère entendre de sa bouche ce qu'il en est. Avant d'être son chef, avant d'être ses compagnons Dragons, nous sommes ses amis. Et nous le resterons quoi qu'il arrive, quelles que soient nos routes à l'avenir. Il n'aurait pas dû s'éclipser ainsi. La douleur l'aura égaré un instant, mais je suis persuadé que nous nous reverrons bientôt et que nous pourrons en discuter longuement.
- Puisse Jena t'entendre *murmura Lex*.

Le reste de l'assemblée conserve un silence pensif

Poohl sert un verre de liqueur forte à chacun, puis pour sa part, en boit 3 verres coup sur coup. Kurutani repousse son verre puis recule sa chaise et se lève de table.

- Si vous voulez bien, je vais aller me coucher.

Cholle et Ayamiee se lèvent de concert et prennent Kurutani qui par le bras qui par la taille.

- Bien sûr. Viens, on t'accompagne. Il ne manquerait plus que tu tombes dans les escaliers... *clin d'oeil de Cholle*

Un instant les Dragons assis regardèrent s'éloigner les trois Dragonnes. Lorsque les trois compagnes eurent disparu à l'étage, Poohl s'adressa à l'attablée.

- Mes amis, surveillez-là bien. Beaucoup de chocs épouvants en bien peu de temps pour une homine si jeune. Heureusement ses nouvelles responsabilités d'officier lui donneront à penser et à s'occuper.

Baal regarde Poohl, stupéfait, puis sourit.

- Il faudra un jour que je découvre qui te renseigne si bien sur la guilde, toi. Quoi qu'il en soit, j'avais envisagé quelque chose de plus festif à cette occasion... Mais tu as raison, ca lui fera le plus grand bien.

Poohl se lève de table et se dirige vers sa propre chambre.

- Rude journée demain, je dois vous laisser. Cessez donc de ruminer. La lumière jaillira bientôt et tout s'expliquera.


Le 09-05-2005 à 13:19

Rodius a écrit:
Assis sur un banc, je triture nerveusement une carapace trouvée dans « Le vide ». Devant moi deux yubos courent et se chamaillent bruyamment. Il est tôt, Avendale est déserte. Le soleil vient juste de passer par dessus les falaises et caresse maintenant les toits de la ville, plongeant sur les pontons qui fument légèrement. J'ai un peu froid, j'ai mal dormi et mes nouveaux souliers fyros, trop neufs me font mal. Je suis nerveux car j'ai rendez-vous.
Justement, de l'autre côté de la rue, la personne qui veut me voir est en train de lever les panneaux de bois qui cachent les fenêtres de l'auberge.
J'attends un peu, hésitant.
« Aller! assume » me dis-je. Je range la coquille dans mon gilet en me dirige vers lui. Sur le pas de la porte, me voyant approcher, Poohl me lance en souriant «Atys t'as réveillé bien tôt jeune homin, que fais tu sur ce banc tout seul ?» Impressionnant, trapu et large comme Ploderos, Poohl me dévisage en souriant .
« Tu m'as fait demander Poohl, je suis Rodius ».
Le sourire s'efface d'un coup et son regard s'assombrit. « Viens » dit-il « j'ai a te parler ». Et, me montrant d'un coup de tête le fond de la salle « Vas à la cuisine et assis toi le temps que je range mes planches.». Il y a bien longtemps que je ne suis pas venu à l'auberge! Pendant que je traverse la pièce, je reconnais certains trophées de chasse contre les murs et d'autres nouveaux et plus prestigieux encore! Qu'ai-je fais tout ce temps ?

Poohl me rejoins, s'adosse contre le fourneau en croisant ses gros bras tatoués. Il baisse la tête, semble choisir ses mots, puis, me regardant dans les yeux « Bien » dit-il « J'ai voulu te voir Rodius car je sais que tu n'es pas un mauvais bougre et que tu peux comprendre ce que j'ai à te dire ». Il soupire longuement et poursuit « le ramdam que tu as occasionné chez les Dragons ne me regarde pas, tu auras à faire à Baal pour cela, ce n'est pas mes affaires. Moi, c'est de Nini que je veux te parler Rodius.» J'ai soudain la poitrine qui se serre et pendant que je fixe la table, il se redresse et s'avance vers moi « Je la connais depuis qu'elle est grande comme ça » fait-il en rapprochant ces deux grosses mains à se toucher « J'ai combattu de nombreux cycles avec son père à chasser les kitins partout sur l'écorce, j'ai sauvé sa vie comme il a sauvé la mienne maintes fois. Elle est comme ma fille. Et? » dit-il en s'asseyant en face de moi « - Hier, j'ai lu dans ses yeux de la détresse et l'ai vu malheureuse comme jamais auparavant, alors, je vais te demander une seule chose Rodius?» Je le regarde « Je t'écoute Poohl ». Il se penche vers moi me prend l'épaule et me fixe d'un regard sans équivoque « Quelque soit tes sentiments pour elle, Rodius, à l'avenir je t'interdit de la faire souffrir! jamais plus. Je veux la voir heureuse, l'entendre rire de nouveau et non plus pleurer». Il me secoue gentiment « Suis-je clair Rodius ?» me demande t-il enfin.
Je tente de me redresser avec une grande inspiration. «c'est compris Poohl.,saches que j'ai bien conscience de m'être comporter comme jeune imbécile.» et d'ajouter dans un souffle «Ca ne se reproduira plus, je te le promets.»
« A la bonne heure, mon jeune ami, nous nous sommes compris et je m'en félicite » dit-il en se levant, «Aller mon garçon, je veux que tu prennes des forces. Ayamiee et Zvorax vont pas tarder et je veux que tu aille avec eux faire cette chasse à la Loria, ça te changeras les idées". Sortant un énorme jambon de bodoc d'une étagère, il me montre du bout de sa dague une miche de pain au bout de la table, «file ça dans ton sac, je te coupe quelques tranches vite fait».
Dans la salle, j'entend le rire d'Ayamiee « Roooo Zvo » gronde t-elle «tu es ENCORE en tenue de forage ! » ... « Mais eeeuuhh? »

Je ne peux m'empêcher de sourire en lançant « Salut les amis ! »
« Ah Rod t'es là ! Dis, tu viens avec nous à la Loria je voudrais entraîner un peu Zvo»
« Oui, oui bien sur. J'attends mes tartines et je vous suis »

Poohl me gratifie d'un clin d'oeil «Tu vois Rodius, ne sacrifie jamais l'amitié ? c'est ton bien le plus précieux.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Voile de tristesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Jeux Bidulotroniques du Voile d'Hiver!
» La Voile de Brume
» [Affiche] Soirée spéciale Voile de l'Hiver mardi 28 décembre
» Video Gag char à voile
» [En vol] Vol à voile 2007... Update du 17 septembre

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: