Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Une soeur bien inquiète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazzy

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Une soeur bien inquiète   Ven 12 Sep - 13:47

Le 31-08-2005 à 14:24

Cynedra a écrit:
[LONG]

Kurutani était épuisée.

A peine entrée dans le hall de la guilde, elle alla poser ses fontes - remplies matières diverses issues de sa longue chasse - dans la salle du coffre.

De prime abord, les lieux semblaient déserts. En tout cas le hall était bien calme.

Elle se dirigea alors dans la partie réservée aux Dragons et se mit à l'aise. Ce soir elle resterait à Fairhaven. La taverne d'Avendale lui semblait bien trop éloignée et elle étai vraiment à bout de forces.

Mais satisfaite. Voire heureuse.

La longue chasse avait débuté au bosquet de la confusion puis, au gré des rencontres, de groupe en groupe, elle avait fini loin au Nord, dans les terres sauvages du Vide zorai.

La-bas un Kincher impressionnat répondant au nom de Dai-Den sévissait sans relâche. Et chaque fois qu'on croyait enfin en être débarassé, un congénère, pas quelque obscur procédé, semblait devenir le dépositaire de sa puissance et venait de nouveau sur place, veillant jalousement sur cette portion de territoire.

Rodius avait rejoint le groupe un plus tard, suivi de Cerb, que Kurutani avait veillé à avertir de sa présence en ce lieu, espérant que ce dernier, préoccupé par la triste situation de sa propre guilde, serait un peu détourné de ses soucis par l'action et serait réconforté de se trouver parmi ses amis. Et aussi, elle devait le reconnaitre, pour des motifs nettement plus égoistes, pensa-t-elle en souriant.

Bref. Kurutani était fourbue mais ravie. C'est alors qu'elle se dirigeait vers le dortoir qu'elle croisa Baal.

Le visage soucieux, les traits tirés... Cela fut un choc.

"Le lit est occupé Kurutani." fit-il à voix basse, fermant doucement la porte derrière lui. "Il te faudra trouver un autre endroit."

"Que se passe-t-il Baal ? Tu m'inquiètes. Qui se trouve alité ?"

"Amatsu a eu une dure journée, Kuru. Très dure. Il a besoin de beaucoup de repos."

L'inquiétude se mua en angoisse. Son frère allait au plus mal... et elle n'avait pas été là pour le soutenir.

Captant son regard interrogateur, Baal intima gentiment son amie au silence d'un geste las.

"Pas ce soir Kuru. Je suis épuisé. Ma journée fut bien remplie. Oui, bien remplie, et pourtant si vide... Je dois me reposer maintenant."

Puis son ton s'adoucit davantage.

"Plus tard. Mais pas ce soir. Nous nous verrons demain."

Puis il se dirigea lentement vers ses propres appartement, serrant contre lui son sac-à-dos, comme s'il contenait un trésor précieux.

Kurutani regarda Baal s'éloigner en silence. Puis elle tourna doucement la poignée et entra dans le dortoir.

Amatsu était plongé dans un sommeil agité. Son visage était un masque de douleur.

Approchant une chaise du lit de camp, elle s'assit et prit la main de son frère-de-coeur dans les siennes.

Son pouls était irrégulier, ainsi que sa respiration qui s'éverait un peu sifflante.

Kurutani ne pouvait guère faire davantage pour Amatsu que ce que Baal avait déjà réalisé avec visiblement beaucoup de soin. Néanmoins, il restait une chose qu'elle pouvait améliorer.

Plongeant la main dans la poche de sa ceinture, elle farfouilla quelques instants avant d'en sortir vivement la main.

"Aïe" s'écria-telle à voix basse.

Elle repris sa fouiille, prudemment cette fois. Et en sortit l'objet de sa douleur son kit de réparation d'armure, dont l'aiguille avait été mal rangée.

Elle le posa sur la couverture. Amatsu lui avait restitué peu de temps auparavant. Mais déjà, son esprit avait été rivé à son programme d'entrainement intensif . Elle se demanda si elle n'était pas à cette occasion passée à côté d'un détail qui peut-être... Peu importe, le passé est le passé. Elle balaya ses doutes et se concentra sur le moment présent.

Elle replongea sa main dans la poche et en sortit cette fois un petit coffret d'écorce qu'elle ouvrit et posa devant elle.

Elle en sortit un petit sachet d'un mixture à base de feuilles et de racines séchées et broyées, d'épices et de graines réduites en poudre. Puis elle choisit une fiole d'huile précieuse, et commença à mélanger les deux ingrédient dans une coupelle.

Cela fait, elle enduisit de cette pâte quelques bâtonnets d'écorce qu'elle planta dans une sorte de mousse compacte sur la table de chevet improvisée avant de les allumer.

Alors que les batonnets commençaient à rougeoyer, faisant brûler le mélange, une fumée bleutée s'éleva et un parfum apaisant diffusa dans la pièce.

Petit à petit, la respiration d'Amatsu se fit plus silencieuse, plus sereine. Un peu de couleur revint à ses joues.

Pour ses maux à l'âme elle ne pourrait rien faire tant qu'il était assoupi. Mais pour son corps, elle connaissait son affaire.

Kurutani retourna s'asseoir. L'effet de l' "encens" conjugué à sa fatigue, elle ne tarda pas à s'abandonner au sommeil, la tête posée tout contre le bras d'Amatsu, tenant fort sa main tiède dans les siennes.


Le 31-08-2005 à 20:21

Bahaal a écrit:
Baal pris soin de vérouiller la porte derrière lui après être entré dans le pièce qui lui servait de bureau.

Il s'approcha de la table, y posa son sac et pris place sur l'une des chaises qui entouraient la table.

Plongeant la main dans son sac, il en ressorti sa tenue légère. Un parfum lui effleura alors les narines.

Il posa l'ensemble de la tenue sur la table puis se saisi du gilet qui était la source des senteurs délicates.

Quelques mots, tout juste audible, s'échapèrent alors de sa bouche.

- Une journée très chargée ... oui ... très chargée ... mais pourtant ... si vide.

Il approcha le gilet de son visage et inspira profondément afin de s'impreigner du parfum qui s'en dégageait ... ce parfum ... celui de cette Homine qu'il avait tendrement enlacé la veille ... celui de ... Gwenne.

Des images traversèrent ses pensées, toutes porteuses du même visage.

Il aurait voulu rester comme ca encore plus longtemps mais la fatigue et une douleur à l'épaule le ramena à la réalité.

Il retira le haut de son armure, un légé filet de sang coulait le long de son bras.

Il se leva, alla vers le l'armoire qui renfermait quelques produit de soins puis se fit un pensement.

Dans le peu d'énergie qu'il lui restait, il alla s'alonger sur le lit de fortune qui était dans un coin de la pièce non sans avoir récupéré le gilet sur la table.
Mis le gilet en boule en guise d'oreillé puis s'endormi, apaisé moralement par ce parfum.


Le 01-09-2005 à 13:20

Cynedra a écrit:
Les images se succédaient sans queue ni tête, pêle-mêle, dans l'esprit de Kurutani.

Un géant Kitin aux mandibules monstrueuses qui dominait de toute sa hauteur une troupe d'homins déterminés.

Un homin armé d'une pique discutant paisiblement avec Baal quelque part dans les eaux du Repos.

Un cuttler monumental semant la mort et la destruction dans une vallée encaissée verdoyante aux alentours d'un altar kami.

Un homin en armure lourde s'activant sans relâche pour rabattre des kipees vers un groupe de chasses non loin d'un vortex.

De sombres boyaux à peine éclairés par la lumière blafarde produite par la végétation, une nuée de kirostas passant à proximité d'elle sans même lui prêter attention.

Un tryker aux cheveux rouges qui la suit, confiant, à travers les sombres plaines souterraines des sources interdites et veille sur sa vie.

Une taverne chaleureuse où ses deux plus proches parents veillent à maintenir une ambiance et un accueil de qualité à des hôtes de tous horizons.

Le regard intense d'un tryker rivé sur elle, qui se détourne pudiquement quand il se sait découvert.

La gueule béante et les deux yeux globuleux d'une jugula horrible, qui la surplombe...

... et qui lui parle !?!?!

"Kurutani..." dit une voix douce et chaleureuse.

Kurutani est éberluée... un jugula qui parle.

"Kurutani..." reprend la voix, un peu plus forte.

Puis une légère secousse est imprimée sur son épaule et la sort des songes.

C'était donc un rêve...

Un rêve si étrange et à la fois si agréable..

Le genre de rêve qu'on n'aime pas voir interrompu. Cela mit Kurutani d'humeur grognon. Ajouté au mal de dos d'avoir dormi dans une position inconfortable et à la sensation de froid, cela ne lui arrangea guère l'humeur.

"Kurutani. Il faut te réveiller"

"Mmmh !!!"

"Allons si tu continues tu vas finir par étouffer Amatsu" dit la voix d'un ton enjoué.

"Baal, c'est toi ?" dit-elle d'un voix empâtée.

"Oui Kuru. Tu ne peux rester là ainsi. Rentre donc te coucher"

"Mmmmh!"

"Allez, Kuru.. un petit effort"

"Mmmmh!"

La frêle homine se leva alors de mauvaise grâce et, les yeux encore à demi clos, prit la direction du couloir d'un pas trâinant, suivant un itinéraire assez hasardeux.

Arrivée dans la salle commune, elle se laissa tomber sur le canapé et ne tarda pas à s'y allonger de tout son long, retournant rapidement dans le royaume des songes.


Le 01-09-2005 à 18:03

Bahaal a écrit:
Baal regardait Kurutani sortir de la pièce, ses yeux à demi ouvert et titubant comme si elle avait bu cul-sec plusieurs verre d'alcool.

S'appretant à la suivre il jeta un dernier regard sur Amatsu et c'est alors qu'il vit ses levres bouger ... Baal se raprocha du visage d'Amatsu, il lui semblait entendre un son ... tout juste audible.

- Melowen ... Melowen ...

Baal se redressa et dit à voix basse

- Au moins tu n'es pas dans un profond coma puisque tu parle ...

Baal se figea soudainement, les yeux rivés sur le cou d'Amatsu, attrapa le drap qui recouvrait le corp de son Dragon et ami, tira d'un coup sec et lacha le drap qui retomba au pied du lit.

- ... c'est pas possible *à demi ton*
Le corp d'Amatsu était couvert de plaie ... non de morsures plutot. Baal se rapprocha ...

- Des Gingos ... se sont des morsures de Gingos.

Baal était attéré.

D'ou venaient ces morsures ? Même si la veille ils en avaient tout deux décousu avec quelques Gingos, Baal était sur qu'aucunes des attaques de ces créatures n'aurai et n'avais pu laisser de telles cicatrices, surtout avec les armures lourdes que Amatsu et Baal portaient.

Baal regardait encore et encore ces morsures, cherchant à comprendre.

Puis lui revint en mémoire les paroles d'Amatsu sur le lieu où ...

- ... Creenshaw ... quel horreur ... comment ont ils pu te laisser mourrir ainsi ...

Baal n'osait seulement s'imaginer dans quelles atroces souffrance Creenshaw avit perdu la vie, et, dans un élan de panique se dirigea dans ses quartiers pour y chercher les quelques remèdes et huiles se trouvant dans une armoire.

Devant l'étagère, Baal à regardait les étiquettes une à une afin de trouver les meilleur remèdes ...puis, dans un élan de colère, attrapa son sac et balaya de son bras la surafce de l'étagère à l'intérieur du sac

Peut être était il bon guerrier mais une chose était sur ... il était un bien piètre soigneur.

Il se précipita auprès d'Amatsu ...


Le 01-09-2005 à 18:24

Nolwenath a écrit:
Le calme s'était enfin emparé de moi. La douleur aigu avait décidé de partir, ce n'était pas pour me déplaire...

Pourtant, je ne fus pas complètement rassuré...

Pourquoi avais je si mal réagi sur le lieu de la mort de mon ancienne vie? Pourquoi? Enfin, je sais peut être mais cela me fait un peu peur...

Cela me semblait si réel. J'avais l'impression de revivre cette mort... Celle que j'aurais tant aimé oublier... Les gingos étaient finalement toujours bien là...

Mais où suis je maintenant? Je ne reconnais pas l'environnement, tout est si blanc ici... Où est Baal qui était avec moi, où sont les dragons? Où est Melowen?

Melowen...

Melowen? Mais, pourquoi suis je inquiet quand je pense et prononce son nom? Je suis pourtant bien ici, je ne risque rien, il me semble.

Je n'arrive à rien distinguer dans tout ce blanc aveuglant.

Mais où suis je à la fin?

Melowen... Je t'ai promis de ne plus jamais te quitter...


Le 02-09-2005 à 14:33

Cynedra a écrit:
Cela faisait bien une demi-cerne que Kurutani rêvassait, les yeux mi-clos, allongée dans le canapé. La bienfaisante chaleur procurée par la couverture qu'on avait obligeamment posée sur son corps endormi associée à la douceur de ses songes ne l'encourageaient guère à se lever.

Elle se remémorait à l'envi certaine rencontre au bar de Thesos. Baal, qui n'avait d'yeux que pour cette charmante homine. Presque tous ses amis dragons venus expressément pour faire sa connaissance, d'ailleurs. Et Cerb aussi était venu les rejoindre ; il s'était montré toujours aussi prévenant envers elle. Pauvre Cerb qui ne savait plus où se mettre devant le feu nourri de l'attitude ultra-protectrice de...

Amatsu !

La sève de Kurutani ne fit qu'un tour. Soudainement les souvenirs l'assaillirent ; un visage blême, des traits marqués par la souffrance, un corps mal en point, à la limite de l'effondrement.

Rejetant vivement la couverture à ses pieds, elle se dirigea d'un pas décidé vers le dortoir.

Quelqu'un - Baal ? - avait débarrassé le torse d'amatsu de ses vêtements.. et celui-ci était maintenant couvert de bandages.

Elle souleva prudemment les pansements de fortune afin de vérifier l'état des plaies.

Sève Sacrée ! Les entailles étaient profondes et on distinguait clairement par endroit les profondes incisions causées par les crocs aiguisés de quelque créature.

Quelques signes d'infection, mais rien qui put mettre en danger son frèrot. Quelqu'un s'était visiblement, tant bien que mal, chargé des premiers soins.

Etonnant tout de même. Kurutani ne se souvenait pas qu'Amatsu fut blessé lorsqu'elle l'avait trouvé alité.

Elle partit checher une bassine et la remplit d'eau - l'eau bouillante n'était pas difficile à obtenir pour qui manipulait les éléments. Puis elle dispersa dans le liquide des herbes curatives dont le pouvoir antiseptique était connu de longue date parmi les siens, laissant infuser le tout quelques minutes.

Pendant ce temps elle ôta les pansement qui couvraient le corps de son frère et les jeta dans une corbeille. Elle s'en chargerait plus tard.

Puis, à l'aide d'un tissu doux imbibé de solution, elle nettoya les plaies l'une après l'autre, revenant à plusieurs reprises sur les plus profondes.

Cela fait, elle prit un pot d'emplâtre dans sa pharmacie et appliqua soigneusement sur les blessures. Le temps de sécher, cette mixture serait à la fois un puissant accélérateur de guérison et un efficace rempart contre les agents infectieux.

Chassant de la table de chevet les résidus de combustion laissés par les batonnets de régénération lors de la nuit, elle remplaça ceux-ci par 3 nouveaux qu'elle avait laissés dans le tiroir, en prévision.

De nouveau une épaisse fumée s'éleva dans la pièce et commença à répandre sa fragrance apaisante.

Le corps se porterait miex avec le temps... mais pourquio ne se réveillait-il pas ?

Kurutani lui prit la main et laissa son esprit s'ouvrir. Mais rien ne vint.

Cela faisait plusieurs cernes qu'elle avait un curieux pressentiment... après avoir négligé de développer son "pouvoir" latent, elle semblait maintenant en être privée... au moment où elle en avait le plus besoin.

Depuis la sortie de son propre coma, plus une fois elle n'avait été dérangée par des images fugaces faisant irruption dans son esprit de manière intempestive au contact de tel ou tel homin. Elle en avait conçu un certain soulagement. Mais également une certaine crainte. Qui semblait tout à coup malheureusement justifiée.

Laissant par devers elle ces soucis sommes toute mineurs au regard de la situation d'Amatsu, elle rangea ses instruments et ses ingrédients puis, quiitant la pièce, alla vider le baquet et se débarrassa des pansements usagés.

Il lui fallait voir Baal. Elle n'en savait toujours pas plus long sur ce qui s'était passé et lui seul était en mesure de l'éclairer sur toute cette affaire.


Le 02-09-2005 à 14:35

Lex a écrit:
Pénétrant dans le hall de guilde, Lex ressentit que quelque chose n'allait pas.


Baal dormait dans un coin, il semblait épuisé.


Un murmure s'échappait de la chambre où Amatsu avait l'habitude de se reposer.


Lex ouvrit légèrement la porte de la chambre; Amatsu était allongé, semblait fiévreux.
Il paraissait en proie au délire et répétait sans cesse le nom de sa bien aimée...Melowen.

A son chevet se tenait Kurutani.

Kurutani aperçut alors Lex.

Quittant le chevet du malade, elle raconta à Lex le recit des derniers évènements...


Il semblait que cette crise avait pour origine, encore une fois son ancienne vie...Creenshaw...


Lex avait toujours pensé que cette révélation faite à Amatsu de la présence en lui du guerrier Fyros au destin tragique était pour le jeune Dragon plus une malédiction qu'une bénédiction.
Peu à peu elle allait le détruire...
Dépositaire forcé de la mémoire de Creenshaw, celui ci avait tendance à prendre le pas sur Amatsu.


Lex pourtant avait toujours pensé que Amatsu était une personne à part entière bien différente de celle du Guerrier Fyros, avec ses propres sentiments et son propre destin...


Jamais il n'avait osé le dire à son ami, pour ne pas le blesser...d'autant plus que ces dernier temps, ces vieux démons avait paru le délaisser...il semblait enfin heureux.


Pourtant Lex présageait déjà que ce n'était qu'un répis, c'est pourquoi ces derniers temps, il avait préféré ce tenir à l'écart de son ami...Il ne voulait pas jouer le rôle d'oiseau de mauvaise augure...

Ce soir il le regrettait; il aurait peut être dû lui en parler...


Un ami est souvent là pour dire des choses dures à entendre...peut être aurait il écouter...


Lex contemplait le visage fermé mais grimassant de son ami, en proie à ses cauchemards.


Il ressentit un grand désespoir en pensant qu'il se trouvait totalement impuisssant pour lui apporter une quelconque aide.


Et quel plus grand désaroi pou lui de penser que cet Homin pour qui il avait ressenti une certaine méfiance à son arrivé, mais qui avait réussi à gagner son amitié et son respect était à nouveau la victime d'un destin tragique qu'il ne méritait pas de vivre...que personne ne méritait.


S'approchant du lit, il prit dans sa main, la main de son frère de coeur. A ce contact Amatsu parut pendant un intant s'apaiser...Il dormait d'un sommeil sans rêve...une trève jusqu'à la prochaine crise.


Profitant da la présence de Lex au chevet de Amatsu, Kurutani était sorti de la chambre pour aller chercher une de ses potions miracles...

Joignant les mains, Lex les yeux en larmes, entreprit de prier

"Saint-Père...je t'en conjure...aide mon frère Amatsu à trouver le chemin de la guérison.
Délivres le de ses démons...
Cet Homin au coeur pur ne mérite pas de telles souffrances..."


Soudain Kurutani entra dans la pièce..."Que dits tu Lex "demanda t elle?


"Rien Kurutani...je tentais de réconforter Amatsu mais je crains qu'il ne puisse m'entendre.
Je dois maintenant partir...mais je reviendrais très vite...
Toi et Baal à ses cotés, il est entre de bonnes mains"


Il posa un baiser sur le front de son ami et sortit de la pièce.


Le 02-09-2005 à 14:42

Cynedra a écrit:
hrp/ post croisés avec Lex mais bon au final, nos récits ne sont pas vraiment incohérents entre eux /hrp


Le 03-09-2005 à 11:47

Nolwenath a écrit:
Voilà un moment que je marche au gré du hasard...

Je ne saurai même pas dire où je me trouve, je ne distingue plus rien à part ce blanc aveuglant... Je ne vois même plus mes propres mains, c'est pour dire.

Je ne reconnais même pas l'endroit où je suis, il n'a pas le contact chaud et le côté irritant de la sciure du désert ni la douceur de celle des lac, aucune odeur ne filtre...

Où suis je enfin?!? Pourquoi cet endroit est il si silencieux? Pourquoi suis je si seul?

Ne me dite pas que je suis... Non, ce n'est pas possible, Baal était à mes côtés !


Le 05-09-2005 à 21:21

Lex a écrit:
La journée touchait à sa fin, Lex profitait des derniers rayons du soleil pour se baigner dans les eaux entourant Fairhaven, non loin d'hall de guilde de la Garde des Dragons Noirs.


Sur la terrasse du hall, Amatsu était accoudé à la rambarde, immobile, son regard perdu dans le vide, seul ses cheveux blonds décoiffés s'agitaient au grès du vent.


Lex lui fit un signe, mais Amatsu semblait ne pas le voir...

"Arf, j'oublais..." pensa tristement Lex, "mais tout cela est si brutal...j'ai encore l'impression de vivre un mauvais rêve".

Lex remonta dans le hall de guilde, le gardien affecté à la protection du hall le salua de façon martial.

Lex pénétra dans le hall mystérieusement silencieux.
Arrivé sur le seuil de la terrasse, il s'arrêta.

"Lex c'est toi ?" dit Amatsu.

"Oui comment l'as tu deviné ? "dit Lex en se forçant à avoir un ton joyeux.


"oh juste à ton odeur, tu sens l'eau salée..." répondit il d'un air abbatu.

"Tu es seul, où donc est passé Melowen ?"


"Elle se repose, elle a déja tant à faire pour s'occuper de Gally..."


"Et Kurutani...?"


"Que crois tu...? Kurutani a d'autres choses à faire en tant qu'officier de la garde...Mais elle ne devrait pas tarder..."


"Et toi que fais tu ?"


"J'écoute les bruits de la ville, je me sens ainsi moins seul perdu dans ma nuit éternelle..." dit il d'un air mélancolique.

"Je comprend..."dit Lex


"Tu ne peux pas comprendre Lex...Je suis devenu un poids pour la guilde...je ne vois pas vos visage mais je sens bien votre gêne à mon encontre...Je ne suis plus bon à rien..."

Des larmes commençaient à rouler sur le visage du jeune guerrier...


"Ne dis pas de bétise, que tu sois aveugle ne change en rien l'amour et l'amitié que nous te portons.
D'autre part ta cécité à une origine mystérieuse, en rien elle n'est dû à une blessure...c'est pourquoi je suis sûr que nous trouverons tôt ou tard une solution pour y remédier..."


"Peut être bien mais quand... ? Chaque jour qui passe sans voir la lumière du soleil sont pour moi une torture..."

Devant le desespoir de son ami...Lex se résigna à lui exposer une idée qu'il lui était venu quelques heures plus tôt.

Cette idée lui déplaisait au plus haut point mais il ne pouvait plus suporter de rester sans rien faire.



"J'ai rencontré un jour un Zorai non loin du vide...je ne m'en suis pas aperçu tout de suite mais il était aveugle.
Pourtant ce Zorai était capable de se mouvoir à travers la jungle sans problème.
Il avait développer de façon étrange ses autres sens...Il m'a dit qu'il pouvait sentir son environnement comme si il voyait en plein jour.
Peut être pourrait il nous aider...je ne sais pas comment...mais on peut toujours essayer..."


"Cette histoire est incroyable Lex...mais je ressens dans tes paroles une certaine répugance quand tu parles de ce Zorai...pourquoi donc ?"

"...Parce que ce Zorai se nomme La Win Cho..."


Le 06-09-2005 à 19:40

Melowen a écrit:
Les saisons s'étaient une à une écoulées. Le printemps arrivait, je décidais de partir quelques temps pour les Lacs et j'allais m'établir dans le Vent des Songes au campement des Sculpteurs de Vase. Gally m'accompagnait, j'avais l'intention de forer et la région n'était guère dangereuse. Amatsu était parti pour quelques jours avec sa guilde, alors comme d'habitude dans ces cas là, je lui avait laissé un mot lui expliquant où j'allais pour qu'il puisse me rejoindre. Je retrouvais avec plaisir le pays des Lacs, le Vent des Songes est un endroit calme, j'y rencontrais pourtant un homin, Bouille, qui m'expliqua les meilleurs coins pour le forage. Je passais donc mon temps entre forage, artisanat d'armes tryker et ma Gally. Le temps passait et je n'avais toujours pas de nouvelles d'Amatsu. Au début de mon séjour dans les Lacs, j'avais eu une sorte de pressentiment, se traduisant par un moment de sourde angoisse, puis c'était passé comme cela était venu. Mais de nouveau l'inquiètude commençait à me gagner, jamais Amatsu n'était resté si longtemps sans me donner de nouvelles. Comme j'avais un gros stock d'armes, je décidais d'aller à Fairhaven, le plus simple serait d'aller à sa guilde pour prendre de ses nouvelles.

Je brisais un pacte pour Fairhaven. C'était une belle journée de printemps, comme toujours les environs de l'étable étaient animés. Mon sac était lourd et je portais Gally dans mes bras. Je me dépéchais de vendre ma production et je me dirigeais vers le hall de la guilde d'Amatsu. Devant le bar, je tombais sur Kurutani, sa gentille soeur. Je la saluai, et lui demandais des nouvelles de son frère. Elle me répondit étonnée
-Tu n'as pas reçu la lettre de Baal ?
-J'ai quitté Pyr depuis la fin de l'hiver?
Kurutani pris alors une mine triste et soucieuse et avant qu'elle parle, je compris qu'il était arrivé malheur à Amatsu.
-Que lui est-il arrivé ?
-Alors qu'il enquêtait avec Baal sur les disparitions de Pyr, il est retourné à l'endroit où est mort Creenshaw
Je savais que ce n'était pas du tout une bonne idée, au comble de l'anxiété je demandais
-Et ?
-Baal l'a ramené mais il a sombré depuis dans le coma
-Emmène moi près de lui, je t'en prie
-Bien sur Melowen, suis-moi.

Je suivis Kurutani sur les pontons de Fairhaven. Le gardien du hall nous laissa passer et Kurutani me mena au dortoir où Amatsu reposait. Il était pâle, amaigri et paraissait dormir, son corps était couvert de bandages! Je posais Gally à côté du lit, m'agenouillais à son chevet et lui prenais la main
-Mon amour, c'est moi
Il n'eut aucune réaction. Entre temps Lex qui était un ami très proche d'Amatsu arriva. Kurutani entreprit de défaire les bandages. Au fur et à mesure, ce que je découvris me bouleversa. Les blessures que portait le corps d'Amatsu étaient en tout points identiques à celle que portait Creenshaw au moment de sa mort.
-Par tous les Kamis, ce sont les blessures de Creen !
-Comment cela ?
Pâle, au bord du malaise, j'arrivais à expliquer ce qu'il en était. Kurutani et Lex étaient stupéfaits et m'expliquèrent que ces blessures étaient apparues peu de temps après son installation dans le dortoir.
Je tentais d'appeler de nouveau Amatsu mais sans succès. Kurutani se mit à préparer de l'encens afin de stimuler Amatsu. Gally qui était tranquillement assise à côté de moi, entreprit de se mettre debout. Récemment elle avait dit ses premiers mots Papa et Maman, à la grande fierté d'Amatsu.
J'aidais Gally qui s'agrippa au rebord du lit, prit la main de son père et dit
-Pa-pa ?
-Papa est très fatiguée ma chérie, il dort
J'avais les larmes aux yeux. Mais pendant que Kurutani allumait ses bâtons d'encens,
Lex s'exclama. Kurutani et moi, nous retournâmes
-Qu'y a t il ?
-J'ai cru... Je... Non j'ai du rêver
-Tu as cru ?
-J'ai cru voir ses doigts bouger?
-Tu es sur Lex.
Kurutani entreprit de vérifier son pouls. Amatsu paraissait toujours aussi immobile.
-Son pouls...est légèrement plus fort...
Gally continuait de pousser sur ses jambes et de s'agripper à la main de son père. Visiblement elle voulait monter sur le lit.
-Melowen aide la à monter
-Oui elle a envie de lui faire un câlin
-Elle semble.... avoir un effet bénéfique sur ... son père

Je pris Gally sous les bras et la posait sur le lit. Aussitôt elle se coucha son père pour lui faire un câlin, comme elle avait l'habitude de faire lorsque nous l'installions entre nous deux le matin au réveil. Elle s'installa la tête reposant sur l'épaule d'Amatsu, son petit bras enserrant son cou.
-Papa?.

Kurutani s'exclama à son tour
-Il a bougé les doigts !
Elle lui prit une main tandis que je prenais l'autre. Effectivement Amatsu n'était plus aussi immobile, je sentis sa main bouger dans la mienne. Gally se mit à lui chatouiller les oreilles, à passer ses mains sur son visage. Amatsu se mit à sourire.
-Bonjour ma puce
-Papa !
La voix de Gally était joyeuse
-Où suis-je ?
-Dans le hall de la guilde
-J'ai dormi longtemps ?
-Baal t'a ramené il y plusieurs semaines!
J'avais les larmes aux yeux
-Amatsu?
-Pardon mon amour!
-Tu sais bien que tu es déjà pardonné

Mais quelque chose n'allait pas. Amatsu restait sur le dos, les yeux fermés. Lex lui demanda
-Mais pourquoi gardes tu les yeux fermés ?
-J'ai un peu mal aux yeux
Il ouvrit les yeux lentement regardant le plafond. Kurutani passa sa main devant ses yeux et il n'eut aucune réaction.

-Vous pouvez ouvrir les rideaux, il fait sombre ici
Nous nous regardâmes
-Mais les rideaux sont ouverts et il fait une belle journée de printemps !
-Je ne vois plus?
Nous étions catastrophés. Lex essaya de rassurer Amatsu
-Ce n'est peut être que temporaire...
-La vue reviendra peut être avec le temps? Tu es resté un long mois sans voir la lumière... Ajouta Kurutani


Alors je pris fermement la main d'Amatsu. Je fermais les yeux, ralentissant ma respiration et j'évoquais le lien.

Le lien, faute de mieux, c'est ainsi que j'appelle cette capacité qu'ont certains homins à transmettre et partager leur pensée. Cette forme de communication est sans doute assez similaire à celle que les kamis ont entre eux. Dans sa forme élémentaire on peut transmettre et ressentir les émotions de l'autre, mais il est possible de partager ses souvenirs et de façon plus élaborée de communiquer par la pensée. J'avais éprouvé pour la première fois le lien avec Psychée, lorsqu'il y avait plusieurs années de Jena de cela, j'avais été unie avec elle et d'autres homins alors qu'elle avait été ramenée par Florimelle, dans la jungle, mortellement blessée.
Pendant longtemps je pensais que le lien que Psychée pouvait entretenir avec d'autres homins était du à la présence du kami symbiote dans son organisme.
Mais avec ma soeur de coeur Rhianwen, je vécu des expériences similaires. Je ressentais les émotions de Rhianwen à distance et plusieurs fois, alors qu'elle allait mal, elle m'avait guidée jusqu'à elle, évoquant mentalement des images de l'endroit où elle se trouvait.

Puis un jour, Creenshaw fut gravement blessé à Yrkanis au cours d?une de ses missions. Pour qu'il survive, je lui donnais ma sève et peu de temps après je m'aperçus que je pouvais ressentir ses émotions pour peu qu'il soit près de moi. Sans y prendre garde, je partageais ses pensées et je lui répondais alors qu'il n'avait pas dit une parole. Puis même éloignée, je percevais son esprit lorsque ses émotions étaient particulièrement fortes. Enfin je me trouvais sur son chemin de façon trop fréquente pour que ce soit seulement des coïncidences. Etait-ce la transfusion de sève ? Mais Creenshaw ne paraissait pas vivre la même chose. La transfusion avait-elle éveillée en moi cette potentialité ?
Lorsque Creenshaw fut emprisonné et que malgré ma requête Ufo m'eut refusé le droit de le voir, je décidais d'utiliser le lien. Je rentrais dans une sorte de transe, et mon esprit rejoignit alors le sien. Creenshaw dans un premier temps eut du mal à comprendre ce qui se passait, mais lorsqu'il comprit et accepta ma présence, alors nous pûmes véritablement converser. Lorsqu'il mourut, je vécu véritablement sa mort, perçut ses dernières pensées, et même si j'arrivais trop tard, je fus la première à découvrir son corps.
Creenshaw mort, je laissais le lien se refermer. Et puis Amatsu arriva. Je fus tentée plusieurs fois d'utiliser le lien sur lui, j'aurais pu ainsi très facilement savoir si l'âme de Creenshaw l'habitait vraiment, mais je n'en fis rien. Depuis mon retour dans le Cercle Kamic avec Léto, je soupçonnais le lien d'être en rapport avec les kamis. Et je les considérais maintenant avec une certaine méfiance?

J'agis sans trop réfléchir. En quelques secondes, j'étais en transe. Je pénétrais facilement l'esprit d'Amatsu, je lui envoyais une image de ce que je voyais, lui allongé sur le lit, Kurutani et Lex à son chevet et Gally blottie contre sa poîtrine. Puis je lui ouvrais mon coeur et il put sentir tout l'amour qu'il renfermait. La transe dura peu de temps. Vu de l'extérieur, je devais avoir l'air de faire un malaise et quand je rouvris les yeux, je vis Lex et Kurutani, affairés et inquiets. Kurutani se débattait avec le montage d'un lit de camp et Lex me soutenait
-Courage Melowen, allonge-toi?
Je lui souris
-Excusez moi. Ce n'est rien, un bref malaise, je vais bien?
Je regardais Amatsu et je vis une larme couler sur sa joue, puis une autre que Gally s'amusa à essuyer.
Kurutani et Lex regardaient Amatsu étonnés, ils n'avaient jamais vu Amatsu pleurer
-Allons ne pleure pas, nous sommes à tes côtés dans cette épreuve Amatsu
-Je m'étais promis de ne plus jamais pleurer?
-Quelle drôle de promesse... dit Lex
- De garder ces larmes que pour le jour où je retrouverai mes parents trykers...
Lex et Amatsu étaient toutefois heureux de se retrouver. Depuis quelque temps Lex s'était éloigné d'Amatsu, ne voulant le troubler par les questions qu'il se posait à son sujet. Le visage d'Amatsu restait triste. Il avait fermé les yeux, préférant masquer ce qui ne lui servait plus
-Tout ce qui était si beau à mes yeux, je ne pourrai plus le voir...
Il demanda qu'on le guide jusqu'à la fenêtre, même s'il ne voyait plus il voulait sentir le Vent des Lacs caresser son visage. Je lui décrivis ce qu'on voyait en cette belle journée de printemps.

Kurutani s'absenta un instant et revint avec un plateau chargé de victuailles. Baal arriva quelques instants après. Sa joie de voir Amatsu sorti de son coma, fut de courte durée quand il apprit qu'Amatsu était aveugle. Amatsu se mit de nouveau à pleurer, Baal était désemparé et ne savait que faire pour consoler son ami. C'est alors que je pris conscience d'une conséquence inattendue du lien. Amatsu était un peu perdu, il avait du mal à repérer d'où provenait les voix de ses interlocuteurs, mais chaque fois que je lui parlais, il se tournait vers moi sans se tromper.

J'essayais d'en avoir le coeur net et au détour d'un échange où Amatsu refusait de manger
-Je n'ai pas faim
-Ordre du médecin, on ne discute pas dit fermement Kurutani
-Tu as besoin de reprendre des forces, sinon comment vas-tu t'occuper de moi
En prononçant ces mots je fis un clin d'oeil à Amatsu et en réponse à ce clin d'oeil Amatsu me sourit. Il avait donc la perception de ma présence et de mes expressions malgré sa cécité.

Désirant nous laisser vivre nos retrouvailles de façon intime, Kurutani, Lex et Baal prirent congé. Gentiment Kurutani me laissa un paquet de gâteaux à l'intention de Gally. Une fois qu'ils furent partis, je posais ma tête sur l'épaule d'Amatsu. Par le lien j'envoyais à Amatsu le flot d'émotions qui me traversait joie de le revoir vivant, tristesse de sa cécité mais surtout espoir pour l'avenir. Amatsu passa un bras autour de ma taille et me sourit tendrement
-Comment se fait-il que je puisse malgré tout te voir?
-Ce qui nous liait était en sommeil depuis la mort de Creen. Je l'ai réveillé pour toi
-Cela s'est donc transmis à moi donc...
-Je t'aime.... J'aime Amatsu comme j'ai aimé Creen
-Je l'ai toujours su...
Gally tira la queue de cheval de son père, souhaitant sans doute attirer l?attention sur elle.
-Je crois que nous ne serons pas tranquille avant un petit moment... Tu perçois donc ma présence ? Je m'en doutais bien, mais je n'étais tout à fait sure
-Je ne te distingue pas vraiment?
Mais sans tatonner, Amatsu posa sa main sur mon visage puis descendit comme à son habitude son pouce sur mon nez, puis sur mes lèvres. Au passage, j'embrassais son doigt. Gally tira de nouveau sur sa queue de cheval. Nous nous mîmes à rire et je guidais les mains d'Amatsu pour qu'il prenne sa fille dans ses bras. Amatsu embrassa Gally puis se tournant vers moi
-Il est temps pour nous de revenir à Pyr, il faut que je trouve le moyen de renouer avec Salvator et Tessa. J'ai envie de passer du temps avec ma famille comme je l'ai toujours rêvé?

[HRP]Merci à Kurutani, Lex, Baal et bien sûr Amatsu pour ce très joli moment de rp [/HRP]


Le 12-09-2005 à 14:21

Lex a écrit:
Seul dans son appartement de Fairhaven, Lex tournait en rond...

Il ne pouvait s'empécher de penser à son ami Amatsu qu'il avait laissé aux mains de La Win Cho.

Cela faisait maintenant 4 jours qu'il était sans nouvelle.

"J'espère qu'il n'est rien arrivé à Amatsu...pourtant pas un seul message par Yber voyageur depuis 4 jours..."

"Par quelle folie mon esprit malade a pu l'embarquer dans une telle aventure."

"La Win Cho est aveugle mais ce n'est en rien un imbécile, il s'apercevra bien un jour de la supercherie.
Et ce jour là s'il se rend compte que Amatsu est un Tryker et non un Fyros comme je lui ai laissé entendre..."

"Depuis 4 jours je me cache aux yeux des autres pour éviter toute question sur sa disparition.
Cela risque de ne pas durer...pourtant il est préférable qu'ils n'en sachent rien...Si Amatsu a une petite chance de retrouver la vue au contact de ce Zorai il faut la tenter."

"Et bien que cela me répugne, je devrais peut être mentir à mes amis.
Pourtant je ne peut rester terré au fond de ma demeure, je vais finir par eveiller les soupçons."


"Mais où aller?
Dans la jungle? je la connait mal et je n'y ais que des ennemis.
Dans le desert? à Pyr, il sera trop facile de m'y retrouver...
Il ne me reste plus que Yrkanis...Je sais...mon vieux Maitre d'arme Calli m'y accueillera surement...je pourrais y attendre quelques jours..."


Sortant de sa demeure, un ballot de linge sur le dos, Lex prit la direction du transporteur Karavan...

De gros nuages noirs recouvraient maintenant le ciel rougi par le couché de soleil, des éclairs sans pluie crevaient le ciel au loin sur les eaux endormies, signes peut être anonciateur que de terribles évènements allaient bientot s'abbatre sur Atys, emportant dans ses tourments le destin des Dragons Noirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une soeur bien inquiète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mes bien cher soeurs
» bien le bonjour mes nobles freres et soeur tau.
» Quelle PSP choisir... pour Monster Hunter bien sûr!!
» Les BD qu'elles sont bien
» BRUDER / SCHWESTER - Frère / Soeur militaire (F - N)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: