Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Le Nouvel Exode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazzy

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Le Nouvel Exode   Lun 22 Sep - 8:12

31-10-2007, 18:21 Message : #1 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
L?Ecorce tremblait de plus en plus fort ?

Des homins de tout Atys se réunissaient à Fair Haven, paniqués. Devant les portes de la ville se serraient des kamistes, des karavaniers, des neutres ? Des homins de chaque race désemparés face à la colère d?Atys.

En cet instant de fin du monde, la capitale d?Aeden Aqueus devenait, peut-être pour la dernière fois, le symbole de la Paix et de l?Egalité entre tous les homins. C?était ici et nulle part ailleurs que tous s?étaient spontanément réunis, faisant fi de leurs querelles intestines. Ici que, tous ensemble, ils se préparaient à vivre la fin d?Atys ?

Blottie dans les bras d?Amatsu, la trykette Nymphéa fermait les yeux, comme pour dresser un voile d?obscurité entre elle et l?horrible réalité. Elle ne voulait pas mourir ! Pas encore ! Elle avait encore tant de choses à accomplir !

L?homine aux cheveux désormais violets entendait malgré elle les cris plaintifs, déterminés ou résignés de ses compagnons d?infortune ; elle sentait sous ses pieds l?Ecorce trembler encore et encore. Combien de temps cela allait-il durer ? Auraient-ils la chance de voir un autre lever de soleil ?

Ouvrir les yeux. Se montrer forte. Faire face ?

Prenant son courage à deux mains, Nymphéa ouvrit les yeux et se força à regarder autour d?elle. Tant d?amis à elle se trouvaient là ! Des ennemis aussi ? Jamais la valeur tryker d?Egalité ne lui parut aussi évidente qu?en cet instant ils étaient tous égaux face à la mort ?

Amatsu aperçut son frère Lex un peu plus loin. Nymphéa sentit qu?il avait envie d?aller lui parler, aussi le libéra-t-elle se l?emprise de ses bras et le laissa-t-elle aller parler à son frère ? peut-être pour la dernière fois.

C?est ce moment que choisit Zorglor pour approcher la trykette. Le Tryker aux cheveux violets regarda Nymphéa à la dérobée, n?osant pas la dévisager plus longtemps. Se penchant vers elle, il lui murmura

« Ny-Nymphéa, puisque demain Atys n?existera probablement plus, j?aimerais te dire quelque chose d?insensé. Quelque chose que je ne t?aurais jamais dit sans ça ? »

Prenant une profonde inspiration, il poursuivit

« Y ameen sul, ny-Nymphéa ? »

La Trykette ouvrit des yeux ronds. Ah ça, pour être insensé, ça l?était !!!

« Je ? ne sais que répondre, ny-toi ? Tu sais que je n?aime qu?Amatsu ? »

Zorglor leva quelques instants son regard vers celui de la Trykette.

« Je sais ? Je te disais bien que c?était insensé ! »

Le Tryker s?éloigna au milieu de la foule tandis qu?Amatsu revenait avec son frère Lex. Nymphéa se blottit de nouveau contre son homin, profitant distraitement du magnifique feu d?artifice tiré sous le ciel noir de Fair Haven.

Lorsque le spectacle s?arrêta après un magnifique bouquet final, elle chercha Zorglor des yeux parmi les silhouettes se dispersant peu à peu. Mais le discret tryker n?était plus là ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
31-10-2007, 21:10 Message : #2 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Cette journée avait pourtant si bien commencé à Fairhaven... Harvestor était déjà commencé, les lacs brillaient des derniers feux de l'été, Zorglor attendait avec impatience la pleine saison, si propice au forage des ambres sur les bords du grand lac des Lagons de Loria.

De passage à Source pour une rapide inspection au Poste d'Echange du Porche, Zorglor avait eu la joie d'y rencontrer Cross qui aidait un jeune réfugié du nom de Kinoux à s'entrainer au maniement des armes de mélée, et il s'était joint à eux, tentant d'endormir les stingas, sans grand succès.

Les premiers effets incongrus commencèrent à se manifester peu après, tout d'abord imperceptiblement, puis de plus en plus fort. L'écorce semblait trembler sous les pieds des homins, tandis que leurs mouvements se faisaient plus lents, plus lourds. En quelques minutes, la trépidation s'était amplifiée, comme si Atys toute entière grinçait, manifestant son mécontentement. Tout d'abord simplement intrigués, les homins, à présent inquiets et désorientés, brisèrent des pactes, et se retrouvèrent à Fairhaven, après un temps qui leur apparut comme une éternité.

Le spectacle qui les attendait à Fairhaven était indescriptible. Sur la grande plage entre l'entrée et l'étable, de nombreux homins de tous les peuples s'étaient rassemblés, semblant en proie à une indescriptible agitation. Plusieurs étaient rassemblés autour de l'autel Karavanier de Fairhaven, alors que l'hôte semblait réfugié dans le mutisme, paraissant presque tout aussi désorienté que les homins autour de lui.

Ainsi, il semblait donc que c'était la fin, que la prophétie se réalisait, Atys allait disparaitre ... Tous les homins rassemblés autour d'eux semblaient le penser, les uns demandant l'aide de Jena, les autres celle de Ma-Duk, d'autres encore restant silencieux, perdus dans leurs réflexions. Dans la confusion ambiante, on entendit également plusieurs homins affirmer leur conviction qu'Elias viendrait et sauverait l'hominité, mais même les plus acharnés des Karavaniers ne semblèrent pas comprendre et ne réagirent pas à ces déclarations.
Tous les homins semblaient enfin avoir mis de côté leurs querelles intestines pour vivre ensemble, intensément, les derniers instants d'Atys dans cette ville si emblématique des valeurs de respect et de tolérance.

Zorglor erra pendant quelques moments parmi l'assemblée, le visage neutre, perdu dans ses réflexions, cherchant des yeux ses amis parmi les homins désorientés. Il ne voyait presque aucun autre Gardien des Lacs, la plupart étaient partis chasser avant le début des effets de ce qui ne tarderait pas à être connu sous le nom de Grand Ralentissement.

Fermant les yeux, Zorglor porta la main à la poche où restait toujours rangé le grand médaillon bleu que la prêtresse du Temple de Jena lui avait remis, le jour de son intronisation. Les yeux clos, le visage serein, il soupira profondément, puis prit sa décision. Si telle était la volonté de la Déesse, cela serait donc la fin... Eny il lui restait une chose à faire, ... rien ne pouvait se terminer avant qu'il ne l'aie faite.

Zorglor rouvrit les yeux, sourit doucement, et regarda autour de lui. La plage à l'entrée de Fairhaven était de plus en plus remplie de monde, mais il n'eut aucun mal à trouver une trykette aux couettes violettes, toujours souriante, un peu à l'écart, le regard tourné vers deux trykers blonds.

Respirant profondément, l'air résolu, Zorglor s'avanca tant bien que mal vers l'homine.
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
01-11-2007, 19:11 Message : #3 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
L?Ecorce avait l?air de moins trembler ?

Après avoir cru à une fin du monde imminente, les homins s?habituaient peu à peu à ces secousses et surtout, prenaient conscience que, probablement, ils verraient encore plus d?un lever de soleil. Il leur fallait donc continuer à vivre ? Se nourrir, dormir, veiller sur les leurs, vérifier le bon fonctionnement des foreuses, aller chercher un troupeau de mektoubs laissé au pâturage ?

La vie reprenait ses droits, refusant obstinément de céder sa place ?

Devant Fair Haven, les yubos remontraient le bout de leur museau, venant quémander de la nourriture aux passants en faisant les pitres, debout sur deux pattes, remuant avec innocence leur petit museau vers le promeneur attendri ; les izams reprenaient possession des cieux, en quête de nourriture pour eux et leurs petits ; les papillons voletaient de fleur en fleur, apportant une touche de couleur et d?insouciance à cette brûlante fin d?été ?

Non loin de là, Amatsu O?Nehly entrainait Nymphéa sur les pontons de Fair Haven, le sourire aux lèvres, ne songeant qu?à une chose tout faire pour préserver le sourire sur le visage de l?homine de sa vie ?

Bientôt, ils arrivèrent Côte de Loria, à l?extrémité sud-est de la capitale tryker. Devant eux se dressait un autel étrange ? Une plate-forme surélevée, à demi entourée d?un mur d?écorce vivante sur laquelle poussaient deux petits arbres à trois bonnes hauteurs de Tryker du sol ; un petit autel était érigé sur cette plateforme, contre le mur en bois orné d?un motif spiralé ; un grand arc de cercle en bois sculpté devait terminer l?édifice, lui servant de voûte aussi mince que mystérieuse.

Le regard de la Trykette s?arrêta sur les ornements fixés à ce demi-anneau aérien deux grosses cordes qui pendaient dans le vide, et sur lesquelles étaient attachés les crânes d?animaux étranges, mélange de bodocs et d?êtres fantastiques issus des légendes d?autrefois ? De grands os de pattes venaient terminer cet étrange mobile, donnant au lieu un caractère aussi mystérieux qu?attirant ?

« Si tu savais le nombre de fois où je suis venue ici, enfant ! »

Le Tryker blond tourna la tête vers son aimée.

« Vraiment ? Tu ne m?en as jamais parlé ! »

Nymphéa serra plus fort la main de son homin, tandis qu?elle commença à raconter

« Tu te souviens de mon cousin Nymphéo ? Son père et le mien étaient frères et nos deux familles habitaient deux maisons voisines. Mon cousin et moi sommes nés presque le même jour de la même année, aussi nos parents ont-ils décidé de nous donner ces prénoms si proches Nymphéo et Nymphéa ?

Je crois bien que je n?ai jamais vu mon cousin avec une arme en main ! Lui, ce qu?il aime, c?est la poésie, la danse et les contes ? C?est lui qui m?a appris à danser, tu sais ny-amn !

Le soir, quand nous étions enfants, nous sortions en douce de chez nous ? pour venir ici. Nous nous cachions là, tu vois, dans ce coin ! Et là, il commençait à me raconter des histoires de rites anciens, au cours desquels des prêtres faisaient des sacrifices homins à d?antiques dieux oubliés ? Je frissonnais de peur tandis que l?ombre des crânes suspendus avançait vers nous lentement, à la faveur du soleil couchant ? Et lui, apparemment impassible, poursuivait ses histoires, peuplées de sorcières et de fantômes, de guerriers mi-homins mi-tyranchas déferlant sur la capitale, de sombres sacrifices destinés à apaiser la colère des dieux et à écarter les dangers ?
J?étais terrifiée mais en même temps, j?adorais ça ! Au fur et à mesure que les ombres des crânes s?avançaient vers nous, la voix de Nymphéo se mettait à trembler, et il s?arrangeait toujours pour que nous partions avant qu?elles ne nous atteignent, au cas où ?

Ensuite, nous retournions chacun chez nous, rêvant déjà à notre prochaine escapade enfantine ? »

Nymphéa, blottie contre Amatsu, revivait ces souvenirs d?enfance avec tendresse et nostalgie. Il n?y a que les enfants pour croire à des histoires pareilles ?

« Tu ne m?avais jamais raconté tout cela ?

- C?est vrai ? Il nous reste encore tant de choses à apprendre l?un de l?autre, yem Amaou !

- A t?entendre parler de lui, on pourrait croire que tu étais amoureuse de ton cousin ! »

Petit rire dans la nuit tombante.

« Oh, Amaou, quelle idée ! »

Nymphéa s?amusait de la fausse jalousie de son aimé. Face à face, les yeux rieurs, ils approchèrent tendrement leur visage l?un de l?autre. Bientôt, leurs deux ombres ne firent plus qu?une, animée par le même amour ?

« Ferme les yeux yem Nylia, je t?emmène quelque part ?

- Où ça, dis-moi ny-amn ! »

Un sourire fut la seule réponse, tandis que le tryker aux cheveux blonds entrainait son aimée dans la nuit, main dans la main, vers une destination mystérieuse ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
02-11-2007, 14:55 Message : #4 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Un nouveau lever de soleil ? Le deuxième depuis le début du tremblement d?Ecorce ?

Le ciel se parait déjà de multiples nuances rosées, au milieu desquels se détachaient les silhouettes mouvantes de quelques izams assoiffés de liberté et de vent. Les fleurs couvertes de rosée s?ouvraient lentement, comme pour mieux accueillir la venue des premiers rayons de l?astre du jour. Les pépiements des oiseaux commencèrent à se faire entendre, leurs douces mélodies rivalisant de légèreté avec le vent.

Ce furent les premiers rayons qui les réveillèrent.

Blottis l?un contre l?autre derrière la cascade située à l?ouest de l?île de Vertval, protégés par une simple couverture, Amatsu et Nymphéa ouvrirent les yeux et se sourirent.

Leur cascade ? Celle-là même où, alors âgés de huit ans, ils s?étaient promis un amour éternel, où ils s?étaient jurés de se marier et de fonder une famille plus tard ; cette même cascade qui les avait tant de fois accueillis pour la nuit après que les hasards de la vie les aient réunis, adultes ; ce lieu magique où les jumeaux et leur petite dernière avaient vu le jour ?

Les deux trykers restèrent longtemps ainsi, les yeux dans les yeux, entendant à peine le puissant son cristallin de l?eau dévalant par-dessus leur tête pour aller se mêler au Lac en contrebas ?

« Il est temps de rentrer chez nous, ny-amn ? Les enfants nous attendent dans notre maison de Pyr. Et puis ? c?est demain que je repars en patrouille, tu sais ? »

Le regard de la Trykette changea, en disant long sur sa tristesse. Etre mariée à un Légionnaire n?était déjà pas simple, il y avait tant de patrouilles, tant d?absences pour aller protéger le désert ! Et depuis qu?Amatsu faisait partie de la Légion Dexton, c?était encore pire ? Elle était heureuse pour lui, bien sûr ! Mais il était parfois une saison entière sans le voir, une saison entière à être seule à s?occuper de ses nombreux enfants ? Ces absences lui pesaient de plus en plus, mais elle devait s?y faire ? Avait-elle le choix ? Elle aimait Amatsu de toute son âme ... et rien d'autre ne comptait ...

Sentant la tristesse de son aimée, Amatsu l?embrassa tendrement.

« Nous avons encore une journée devant nous, tu sais ? Viens, rentrons et profitons-en au maximum ? Et puis tu sais, ce sera une petite patrouille cette fois-ci ! »

La Trykette retrouva le sourire.

« Tu as raison ny-amn ? rentrons ? »

Avant de briser un pacte pour Pyr, main dans la main, les deux trykers se murmurèrent à l?oreille

« Y ameen sul, yem antaal skaya ?

- Y ameen sul, yem Amaou ? »
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
02-11-2007, 17:37 Message : #5 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Ce premier soir des Tremblements, Zorglor s'était rapidement éloigné de Nymphea après sa déclaration, se promenant quelques instants parmi la foule. Les images de la trykette revenaient dans sa tête et Zorglor sourit en repensant à l'air abasourdi de Nymphea. Il hésitait entre le regret d'avoir troublé Nymphea dans ces circonstances et une étrange satisfaction, celle d'avoir enfin fait une chose qu'il aurait du faire bien avant. "Bah", pensait-il, "après tout, ce qui est fait est fait, maintenant ... et puis qui sait si Atys verra une nouvelle fois le soleil se lever".

Il faisait désormais nuit noire à Fairhaven, le grand rassemblement des homins se dispersait lentement, chacun se réfugiant finalement dans la solitude, ou bien auprès des amis ou des êtres aimés. Zorglor dit au revoir aux quelques amis encore là qu'il croisait, comme Erebos ou Goriky, puis, rentrant dans l'eau, il se mit à nager doucement vers les Chutes de la Rosée, s'émerveillant toujours du contact de l'eau sur sa peau. Les Chutes semblaient un bon endroit pour la fin, Zorglor y avait tant de bons souvenirs, après son arrivée à Aeden Aqueous.

Une fois arrivé, il s'assit sur la grève, le regard tourné vers les lacs, perdu dans ses pensées. Il restait tant de choses à voir, tant de choses à faire, sur Atys, et Zorglor avait du mal à imaginer que tout s'arrêterait ainsi.
Malgré les tremblents d'Ecorce qui ne diminuaient pas d'intensité, les fortes émotions de la journée finirent par avoir raison du Tryker qui s'endormit, posé sur la plage, le sommeil alternativement troublé par des visions d'Atys en train de s'embraser, et apaisé par celles du visage d'une trykette aux yeux verts.

Quand ses yeux se rouvrirent, Zorglor était presque étonné. Les tremblements de l'Ecorce s'étaient un peu apaisées, et les secousses semblaient maintenant faire partie de la vie normale. La faune des Chutes, si prostrée hier, avait repris le cours normal de sa vie. Les caprynis broutaiet avec adresse les herbes en tendant le coup lorsqu'une secousse les en éloignait, les ragus chassaient toujours en bande, semblant presque tourner les tremblements à leur avantage dans leurs parties de chasse.
Ainsi, la vie continuait, Atys ne disparaitrait pas encore, le soleil se léverait encore et encore sur Aeden Aqueous, et sur la vie des trykers.

Après avoir erré pendant quelques instants sur la plage, s'approchant des chutes, Zorglor tira de sa poche un petit cristal aux reflets irisés, un pacte vers Fairhaven, qu'il regarda longuement avant de briser, le visage partagé entre le bonheur et l'inquiétude.
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
04-11-2007, 15:26 Message : #6 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Un matin comme les autres ?

Après avoir fui vers d?autres cieux durant la nuit, la chaleur avait de nouveau pris possession des ruelles de Pyr. La ville fortifiée, véritable joyau d?Atys, plongeait déjà dans la torpeur, à peine sortie de la reposante obscurité. Les yeux des Fyros, après quelques clignements discrets, affrontaient déjà avec fierté la lumière crue s?infiltrant dans chaque recoin du désert. Les homins qui vivaient ici étaient aussi rudes et fiers que leur pays ; leur regard était empreints de l?ardeur du feu, leur peau tannée par le soleil brûlant marquait leur profond attachement à ce pays rude et sauvage avec lequel ils ne faisaient qu?un.
Pourtant, c?est ici, dans une ruelle du sud de la ville conne sous le nom de Cirque de Coriolis, que logeait une famille de race tryker.

Que faisaient ces êtres des Lacs si loin d?Aeden Aqueus ? Par quel hasard de la vie se retrouvaient-ils ici, dans cette ville de feu à la beauté sauvage, à regarder par leur petite fenêtre les rues desséchées de la capitale fyros ? N?entendaient-ils plus l?appel cristallin de Fair Haven, le paradis atysien ?
Si un badaud avait appris qu?ici vivait une trykette aux cheveux verts, chef d?une guilde protectrice d?Aeden Aqueus connue sous le nom de Garde des Dragons Noirs, il aurait sans doute ouvert des yeux incrédules ?

Pourtant, c?était bien ici que vivait la famille O?Nehly depuis des années Amatsu, Nymphéa et leurs neuf enfants ?

Amatsu était depuis longtemps un amoureux du désert ; depuis le jour où une partie de l?âme de Creenshaw, le sombre Légionnaire mort déchiqueté par les Gingos alors que les siens l?avaient laissé presque mort à l?entrée du Canyon Interdit, avait trouvé refuge dans sa tête ?

C?est ici qu?il vivait déjà alors que Nymphéa et lui n?étaient encore que de simples amis, alors même que lui aussi défendait ardemment Aeden Aqueus. Et c?est ici, tout naturellement, qu?ils fondèrent leur foyer après avoir été unis devant les Lacs ?

Ce matin-là, le calme régnait dans la grande maison de Pyr. Amatsu, désormais membre de la célèbre Légion Fyros, était parti en patrouille à l?aube, sans réveiller son homine endormie, déposant tendrement un baiser dans ses cheveux dénoués et ornant son oreiller d?une magnifique fleur ?

Un peu plus tard, après un petit déjeuner animé, la Trykette avait accompagné ses enfants chez les voisins, chez qui ils devaient passer la journée et la nuit suivante à bivouaquer sous des tentes improvisées avec les enfants de ces derniers.

Se retrouvant seule dans la grande maison vide avec sa petite dernière dans les bras, la douce Maheany d?à peine six mois, Nymphéa décida de fuir la nostalgie ambiante en allant se promener dans les Lacs. Aussi brisa-t-elle un pacte pour Fair Haven, la ville de son enfance, la capitale du pays pour lequel elle n?hésiterait pas à donner sa vie si nécessaire ?

C?es ainsi que la mère et l?enfant disparurent, emmenés par la magie de la Karavan devant le téléporteur de Fair Haven ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
04-11-2007, 17:18 Message : #7 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
La vie normale semblait déjà avoir repris son cours à Fairhaven. Il y avait certes moins de monde que d'habitude se promenant sur les pontons ou au bar de Ba'Naer, mais les trykers avaient repris leur place dans la ville, discutant avec animation avec les marchands, ou se promenant simplement sur les pontons qui ondulaient lentement au rythme des soubresauts désormais apaisés de l'Ecorce atysienne.

Zorglor passa cette journée à vaquer à ses occupations habituelles, réglant diverses affaires en suspens pour les Gardiens, toujours un peu distraitement, les mêmes visions de la veille au soir revenant sans cesse. Le lendemain matin, alors que l'Ecorce ne tremblait presque plus, Zorglor brisa un pacte pour les Lagons de Loria. Il n'avait presque plus de fibre, et une commande d'amplificateur magique à honorer.

L'automne continuait de s'avancer, et Zorglor ne put s'empêcher de rester quelques instants immobiles sur les bords du lac de Loria, contemplant la merveilleuse vue. Le vent tourbillonnait lentement autour des immenses Olansis des Lacs, agitant les herbes, faisant participer toute la flore au ballet où se mêlaient les poissons. S'abîmer dans la contemplation des merveilles de la planète-arbre était décidément un des moyens les plus efficaces pour oublier tous les problèmes ... avec la liqueur de stinga de Ba'Naer, bien sûr.

Souriant doucement, Zorglor sortit sa belle pioche, fabriquée avec un filament de Greslin des lacs et se tourna vers la grève. Surveillant les Torbaks du coin de l'oeil, il sortit d'un sachet une petite quantité de poudre de forage qu'il commenca à frotter délicatement entre ses doigts. Une longue séance de forage commençait. Ca aussi, c'était un bon moyen de penser à autre chose.

***

Quelques heures plus tard, son sac rempli des précieuses matières, Zorglor brisa un pacte et réapparut dans un souffle à Fairhaven. Se dirigeant vers l'étable pour y déposer son chargement, il aperçut plusieurs silhouettes et s'approcha en souriant.

Arrivé à quelques mètres de l'étable, Zorglor reconnut une des silhouettes, et s'arrêta, gêné, n'osant s'approcher plus. Respirant profondément, il s'approcha de l'étable, marmonnant un vague Lordoy à l'attention du groupe d'homins, et commença à examiner distraitement le contenu de son sac, pensant à autre chose.

Zorglor restait penché sur son sac quand une voix connue demanda près de lui, d'un ton joyeux
« Lordoy ny-toi, tu ne dis plus bonjour ? »

Zorglor sursauta un peu avant de se retourner et de sourire à Nymphéa.
« Lordoy ny-Nymphéa ... »

Zorglor était toujours hésitant, regardant à peine Nymphéa. Avisant le porte-bébé dorsal en fibre de Dzao, il sourit « Tiens, Maheany est là ! ».
« Oh oy, je suis venue me promener à Fairhaven avec elle. »

Zorglor regardait avec attendrissement le bébé endormi quand Nymphéa dit
« Elle dort, je vais l'installer pour la sieste. ».

Zorglor contempla, rêveur, les gestes adroits de la trykette qui installa Maheany sur une couverture, un peu à l'écart, avant de la border tendrement. Nymphéa se relevait tout juste, Zorglor immobile quelques pas derrière elle, quand un éclair de lumière traversa la scène et frappa Nymphéa, un nuage noir se formant fugacement au-dessus de sa tête. Zorglor tourna la tête et aperçut Minidouce, l'air interdit, qui regardait alternativement ses amplificateurs et Nymphéa avant de faire un pas en arrière.

Nymphéa s'était retournée, le regard un peu étrange. « Ny-Nymphéa ? Ca va ? »

La trykette ne répondit pas, faisant un pas en avant, puis un autre, lentement. Zorglor hésita un instant avant de demander à nouveau « Nymphéa ? ». Pour toute réponse, celle-ci continua d'avancer, une lueur de contentement dans le regard, regardant Zorglor, notamment ses cheveux violets.

Nymphéa dit enfin « Mais qu'est-ce-que c'est que ca ? On dirait bien un fruit caramélisé pourtant ... ». La trykette avancait toujours, maintenant à un pas de Zorglor, le regard gourmand « Et il m'a l'air délicieux en plus ! »

Zorglor gardait un sourire étonné, ne comprenant pas, quand Nymphéa lui agrippa soudainement le bras en s'asseyant « Voyons-ça ! ». Le tryker se laissa entrainer, toujours souriant. « Que fais-tu, ny-Nymphéa ? ». « Ah, an, un fruit caramélisé ne parle pas ! Surtout un qui a l'air si succulent ! Al arrête de bouger maintenant ! ». Zorglor souriait encore un peu, mais semblait inquiet « Allons, Nymphéa ... ». L'homine ne réagit pas, tenant toujours fermement le bras de Zorglor, le regard étrange. « Nymphéa ! », murmura-il un peu plus fort, agitant son autre main devant les yeux de Nymphéa, comme pour la réveiller. Pour toute réponse, Nymphéa attrapa l'autre bras « Ah, ca suffit maintenant ! Laisse-toi faire ! ». La trykette passa sa langue sur ses lèvres « C'est le plus beau que j'aie jamais vu ! ».

Zorglor, un peu mal à l'aise, commençait à se débattre doucement, alors que Nymphéa s'approchait toujours, quand celle-ci ferma les yeux, secoua la tête, et les rouvrit, regardant Zorglor d'un air étonné « Ny-Zorglor ? Eny ... ». Nymphéa baissa les yeux vers les bras de Zorglor, qu'elle lacha « Qu'est ce qui se passe ? ». Zorglor rit « Tu as eu comme une absence ! ». Après quelques explications, Nymphéa riait aussi, et Zorglor murmura soudain « Puisque j'ai failli être mangé comme un fruit caramélisé, il me semble que ca en mérite bien un, an ? ». Nymphéa arrêta de rire, puis sembla réfléchir quelques instants et soupira d'un air résigné « Oy ... eny pas ici ... je ne veux pas que tout le monde voie ma belle boite ».

Nymphéa vérifia le couchage de Maheany puis s'éloigna un peu, surveillant tout autour d'elle, suivie par Zorglor. La trykette finit par s'asseoir, avant de sortir avec précautions une grosse boite de son sac. Zorglor sourit en s'asseyant, tandis que Nymphéa ouvrait la boite. A regrets, le visage un peu crispé, elle fit signe à Zorglor, qui s'amusa quelques instants à choisir un des fruits caramélisés, regardant le visage inquiet de l'homine. « Pas trop gros, hein ! », lanca une voix tendue. Zorglor sourit en prenant un fruit de taille moyenne, Nymphéa se précipitant sur l'un des plus gros de la boite.

Le silence qui suivit ne fut troublé que par le clapotis de l'eau, les deux homins dégustant en silence le fruit. Nymphéa ne tarda pas à regarder à nouveau dans la boite, faisant un nouveau geste résigné à Zorglor « Prend-en donc un deuxième ... ».
Zorglor dégusta son deuxième fruit, ouvrant et fermant alternativement les yeux, un sourire aux lèvres, sans rien dire.

Au bouts de quelques instants, Nymphéa regarda Zorglor en souriant « Je t'ai déjà parlé de mon cousin, Nympheo ? »

Zorglor sourit « Oy, je l'ai déjà croisé à Fairhaven tu sais. Ca m'a fait un choc ! J'ai eu l'impression de me voir dans un miroir ! ».

Le rire de Nymphéa fit lever la tête à un yubo qui gambadait à proximité.
« Nous avons grandi ensemble, lui et moi, ici à Fairhaven ... »

Zorglor resta silencieux quelques instants, se remémorant les moments heureux de sa propre enfance dans les Anciennes Terres, puis sourit
« L'enfance à Fairhaven devait être merveilleuse ... ».

Nymphéa murmura, d'une voix songeuse « Oh oy ... nous étions si heureux ... heureux comme des enfants ... ».

Les deux trykers restèrent silencieux quelques instants, avant que Nymphéa ne plonge à nouveau le regard vers la boite posée entre eux deux. Zorglor sourit, puis Nymphéa dit, d'un ton contrit « Prend-en un troisième si tu veux ». Il n'en fallait pas plus à Zorglor qui se retrouva vite en train de savourer le fruit, regardant la trykette aux cheveux violets en faire autant.

Un nouveau moment de silence suivit, avant qu'un bruit ne fasse lever la tête à Nymphéa, qui murmura « Je dois aller m'occuper de Maheany ... ».
Zorglor hocha la tête et sourit. « Seelagan, ny-toi », murmura la trykette, qui referma soigneusement sa précieuse boite, avant de la replacer dans son sac et de se relever.

Zorglor regarda Nymphéa s'éloigner « Seelagan ny-Nymphéa, al grytt ... ». Nymphéa fit un petit signe en partant.
Les quelques mots que Zorglor murmura ensuite ne furent entendus de personne.
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
11-11-2007, 01:01 Message : #8 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Après avoir offert trois fruits caramélisés à Zorglor, Nymphéa passa un long moment au hall de sa guilde. Confortablement installée dans son petit bureau entièrement décoré dans des nuances de bleus ? sans compter quelques dessins d?enfants griffonnés sur le bas des murs ? la chef de la Garde des Dragons Noirs entreprit de régler différentes affaires urgentes préparation de la Cérémonie d?Intronisation d?Oberick, Drakaan et Xadoxav ; courrier de protestation à envoyer aux Gardiens des Lacs, en rapport avec une sombre histoire de coups de pioche dans le crâne d?un infortuné messager nommé Nymphéo ; planning de surveillance des Esclavagistes afin de démasquer éventuellement des trafiquants matis d?esclaves, comme ça avait été le cas avec les Di Falcione ; commande d?armes et d?armures ; liste des animaux à tuer afin de remplir le garde-manger de guilde de façon honorable ?

Alors qu?elle débutait l?inventaire des ressources réservées à l?artisanat, une sensation étrange s?empara d?elle. C?était ? comme un engourdissement progressif de chaque partie de son corps ... Que lui arrivait-il ? Ça ressemblait à un sort de ralentissement, mais elle était seule au hall !

Des pleurs.

Maheany ! Elle aussi semblait touchée par ce sort étrange surgi de nulle part ! Le bébé, à peine âgé de six mois, hurlait dans son petit lit de bois, agitant ses petits membres au ralenti, respirant avec peine mais continuant malgré tout à s?égosiller.


Affolée, la trykette aux couettes désormais violettes voulut se précipiter pour prendre sa fille dans ses bras, mais ses membres engourdis répondirent avec difficulté. Le temps qu?elle mit pour parvenir jusqu?au petit lit lui sembla infini, tant son anxiété était grande et le sort puissant. Elle aussi éprouvait quelques difficultés à emplir ses poumons ? Chaque mouvement de la cage thoracique lui coûtait ?

« Maheany !!! Ne pleure plus ? Maman arrive ? »

Fuir ! Il fallait fuir !!! Quitter ce hall afin d?échapper au sortilège !

Prenant le bébé dans ses bras, elle se dirigea vers la porte du hall avec une lenteur désespérante. Quel sort avait donc frappé la maison de la Garde des Dragons Noirs ? Qui avait ce pouvoir ? Certes, leurs ennemis ne manquaient pas ? En tant qu?ardents défenseurs de la nation tryker, les Dragons ne s?étaient pas fait que des amis, certains n?acceptant pas que des homins sans religion se mettent en travers de la route prônée par les envoyés de leur déesse ou de leur dieu. Cependant, la foi de Nymphéa et des siens envers sa nation était plus puissante que jamais et ensemble, ils défendraient coûte que coûte Aeden Aqueus contre ceux qui voulaient les envahir ou les déposséder de leurs richesses ?

Le jour. Enfin dehors ! Enfin, elles allaient pouvoir courir et respirer normalement !

Un sourire éclaira un instant le visage de la Trykette avant de s?évanouir ? Certes, elle était dehors ; mais le sort ne semblait pas se briser. Pire encore à sa grande horreur, elle s?aperçut que tous les homins étaient victimes du même sort. Tout semblait se dérouler au ralenti sous ses yeux les trykers paniqués fuyant au ralenti vers la sortie de Fair Haven, les cris de peur ; les regards affolés cherchant de l?aide parmi les autres regards affolés ?

Le Lien. Il lui fallait prévenir Amatsu via le Lien mental qui les unissait ! Savoir si le maléfice avait frappé toute l?Ecorce ou seulement Fair Haven ? Il fallait qu?il la rassure, qu?il lui affirme que tout allait bien se passer !

Le silence. Quelque chose perturbait le Lien ? Elle avait beau essayer de toutes ses forces, elle n?entendait pas la voix de son homin dans sa tête et ignorait s?il pouvait l?entendre ?

Ne sachant que faire, désespérée d?entendre son bébé crier de peur et respirer avec difficulté sans qu?elle puisse y remédier, elle suivit la foule qui se précipitait très lentement sur les pontons ?

Après un temps qui lui parut infini, elle se retrouva hors de la ville. Le sort s?arrêtait-il là ? Bref espoir ? Rapide désespoir ? Non ? Le Grand Ralentissement semblait bel et bien frapper toute l?Ecorce ?

Autour d?elle, la panique était indescriptible. Des homines et homins de toutes races et de toutes religions se bousculaient avec une lenteur qui aurait pu être comique en d?autres circonstances. Certains avaient eu le temps de préparer un maigre balluchon mais la plupart partaient les mains vides ou tenant un objet parfois incongru une épée en cours d?élaboration, à la lame non dégrossie ; une choppe de bière d?Avendale ? ceux-là venaient du bar de Ba?Naer, à n?en pas douter - ; un sac percé d?où tombaient des dappers que nul ne prenait le temps de ramasser ?

De partout, des voix s?élevaient les Anciennes Terres ! C?est notre seule chance ! Fuyons là-bas ! Vite, au nouveau téléporteur !

« Vite » ? Quelle ironie ! Mais c?était pourtant la seule préoccupation des fugitifs quitter les Nouvelles Terres et, comme au temps du Grand Essaim, fuir vers d?autres terres ?

Emportée inexorablement par la foule vers le nouveau téléporteur, serrant son bébé dans les bras, Nymphéa ne put même pas briser une perle de sève pour Pyr afin d?aller chercher ses autres enfants car, à sa grande horreur, elle s?aperçut qu?elle avait laissé toutes ses perles de sève sur son bureau dans le hall ? et Maheany commençait à virer au bleu, ses petits poumons luttant avec peine contre le ralentissement ?

C?est ainsi que Nymphéa et son bébé quittèrent précipitamment Fair Haven pour une destination inconnue, au milieu d?une foule d?homins paniqués, sans pouvoir avoir la moindre nouvelle de son homin et de ses huit autres enfants ?

Ainsi, l?Histoire se renouvelait, un nouvel Exode commençait ? Le retour vers les Anciennes Terres débutait ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
12-11-2007, 20:29 Message : #9 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Le choc ... l'angoisse ... sur les visages de tous les homins, la peur et l'incertitude étaient revenues. Un mal encore plus terrible que les Tremblements d'Ecorce s'était abattu sur les nouvelles terres des homins. Le Grand Ralentissement avait commencé.
Le fléau avait commencé il y a seulement quelques minutes, mais la panique était indescriptible à Fairhaven. Les Tremblements d'Ecorce étaient un phénomène dramatique, mais les homins pouvaient le comprendre, le ressentir, toucher l'Ecorce et sentir sa colère, ses soubresauts. Mais ça ...

Zorglor était dans le quartier des marchands de Fairhaven, négociant la vente de deux amplificateurs magiques avec Mac'Wiley Cothan, le marchand d'armes de mêlée, lorsque les premiers symptômes avaient commencé. Le bras de l'homin, tenant la paire d'amplificateurs sembla rester quelques instants comme suspendu dans l'air, avant de se remettre à bouger lentement. Ni Zorglor ni le marchand ne réagirent tout d'abord, trop interloqués pour comprendre, avant de prendre conscience que cet étrange phénomène les touchait entièrement.

Abasourdi, Zorglor s'était retourné, regardant en direction du bar où quelques clients étaient en train de discuter joyeusement quelques instants plus tôt. Le spectacle était ahurissant. Les mouvements de tous les homins semblaient comme ralentis, lourds, lents, ... comme si un de ces sorts de ralentissement que Zorglor avait tant de mal à maîtriser avait frappé toute la Fourche du Bon Marché.

En quelques instants, l'étonnement qui s'était peint sur le visage des homins avait cédé la place à la peur, la panique. Ce grand sort de ralentissement, lancé par des ennemis inconnus, d'une puissance jamais vue jusqu'à présent ... Quel adversaire aussi formidable avait pu s?attaquer ainsi directement au c?ur de la capitale da la Fédération Tryker, au beau milieu du Lac de la Liberté ? Les homins tout autour commençaient à courir avec une infinie lenteur vers l'entrée de la ville, pour échapper à l'emprise du Ralentissement.

De tous les pontons, l'Avenue de la Chambre Haute, le Chemin du Clocher, la Route de Rigan, les homins affluaient, dans une apathique fuite éperdue. Zorglor se retourna, et commença à suivre la foule, vers la plage ... sortir de Fairhaven ... échapper à cette étreinte ... Chaque pas était une épreuve, une lutte contre l'engourdissement, contre cette horrible sensation de lourdeur.
Mais en dehors de la ville, rien ne changea ... les homins erraient sans but sur la grève ... ce sort terrible semblait donc avoir atteint toutes les Nouvelles Terres homines ?

Le mot s'était répandu à une vitesse qui semblait presque comique étant donné la rapidité à laquelle les homins pouvaient agir les Anciennes Terres... Là-bas ... fuir ! Quitter les Nouvelles Terres soumises à cette abomination, et faire le chemin inverse de celui que les homins avaient fait à la suite du Grand Essaim, suivre la Route de l'Exode. Cette Route que les dirigeants des quatre peuples, désireux de voir les homins reconquérir toutes leurs terres, avaient vanté environ cinq années de Jena plutôt, cette Route que peu d'homins, se sentant chez eux dans les Nouvelles Terres, avaient suivi...

Des rangs serrés de ceux qui seraient bientôt des réfugiés se massaient, toujours plus nombreux, vers le nouveau téléporteur, arrivant tout autant de la ville que de la colline. Le technicien tryker, les traits inquiets, mais fidèle à son poste, aidait du mieux qu'il pouvait les homins à franchir ce vortex d'un nouveau genre. Zorglor chercha dans la foule autour de lui, tentant de reconnaître des visages connus, mais il ne voyait rien, personne... Où étaient-ils tous ? Pourrait-il les retrouver ?
Ces pensées tourbillonnaient dans la tête de Zorglor alors qu'il achevait le dernier pas vers le téléporteur. Une lueur dorée enveloppa l'homin, qui ferma les yeux.

Quand ses paupières se rouvrirent, le tryker était dans un lieu inconnu, ressemblant vaguement aux paysages familiers d'Aeden Aqueous. Après quelques instants, il eut le réflexe de tenter de faire un pas en avant. Cet endroit semblait en effet épargné par le Ralentissement, et l'homin fit quelques pas, les yeux fermés, oubliant la réalité pour quelques instants, pour le simple plaisir de pouvoir à nouveau faire librement ce geste.

Zorglor et les quelques homins qui étaient arrivés à proximité passèrent deux jours à errer sur les Anciennes Terres, rencontrant sporadiquement d'autres petits groupes de réfugiés, chassant quelques animaux qui passaient par là. Par chance, la plupart des homins avaient sur eux de quoi se défendre et ils ne firent pas de mauvaises rencontres.

Le troisième jour, le petit groupe progressait dans un long canyon, formé il y a bien longtemps par le cours d'une rivière. Après un ultime méandre, le lieu leur apparut. Entièrement encerclé par de hautes collines, et bordé par une grande étendue de sciure parsemée de Bamboos, le petit lac fut pour les homins la plus réjouissante des visions depuis leur départ de Fairhaven.
S'approchant lentement de l'eau, sur laquelle les Olansis et les Flyners bougeaient lentement au gré du vent, les réfugiés eurent la joie supplémentaire de voir un petit nombre d'autres homins rassemblés autour de quelques constructions.

Une trykette aux cheveux turquoise s'approchait d'eux, et ceux qui la connaissaient eurent tôt fait de saluer Tauntaya, qui inclina doucement la tête « Lorganeer ici, sey ! Vous pouvez aller vous reposer ou vous désaltérer au bar. ».

Les réfugiés fatigués se rapprochèrent des homins déjà installés autour du petit feu. Zorglor jeta un regard vers ce qui ressemblait à un bar, devant lequel quelques silhouettes semblaient attendre. Le tryker se retourna vers le feu, s'assit, et ferma les yeux.
Enfin un peu de calme, de détente, et la joie de revoir quelques homins connus... même s'il n'avait toujours pas la moindre de nouvelles de nombreux autres, c'était déjà un premier réconfort.

Zorglor commençait à sombrer lentement dans le sommeil quand un éclat de voix courroucé lui fit relever la tête et se tourner vers le bar.
« Comment ça, pas de bière Tryker ? Ah an !! Et ils appellent ça un bar ? »
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
25-11-2007, 00:43 Message : #10 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
La caresse du vent sur le visage de Nymphéa fut sa première sensation sur les Anciennes Terres.

Douce et apaisante, légère et rassurante, tiède et familière ?

Sans même regarder autour d?elle, la Trykette était certaine de se trouver dans une zone lacustre le Vent le lui murmurait ?

Elle ne prêta tout d?abord aucune attention au paysage qui était désormais son refuge ; nul regard vers les homins courant droit devant eux sans subir aucun ralentissement ; nul oreille attentive aux cris de soulagement transportés dans les airs comme autant de notes d?espoir ? La Trykette aux couettes vertes devenues violettes suite à un incident de teinture restait penchée au-dessus de son bébé, étudiant avec anxiété l?évolution de sa respiration.

Après un instant d?incertitude, l?état de Maheany s?améliora. Le bébé retrouva peu à peu son souffle, sa cage thoracique se soulevant de nouveau facilement. Bientôt, ses joues se recolorèrent d?un joli rose pâle. Souriant à sa mère, l?enfant étonné agita ses petits bras avec délice, gazouillant pour montrer sa joie de pouvoir se mouvoir et respirer librement.

« Oh, yem Maheany, j?ai eu tellement peur pour toi ! »

Elle ajouta, comme pour elle-même « Tu sais, ton père arrivera bientôt avec tes frères et s?urs, tu verras ? Il ne peut en être autrement ? »

Nantie de ses pensées optimistes, la Trykette regarda enfin autour d?elle. Un petit lac se trouvait non loin de l?endroit où la mère et l?enfant avaient été téléportés. S?en approchant instinctivement, comme maints réfugiés autour d?elle, Nymphéa aperçut ce qui ressemblait à un bar ?

« Un bar ! Il va y avoir du lait de messab pour Maheany et de la bière tryker pour moi ! Quelle chance nous avons ! Nous sommes tombées sur un petit coin de paradis ! »

Esquissant quelques pas de danse, elle se dirigea tout droit vers ce lieu autant providentiel qu?indispensable. Alors qu?elle n?était plus qu?à quelques mètres, la voix mécontente d?un client retentit « Comment ça, pas de bière Tryker ? Ah an !! Et ils appellent ça un bar ? »

Froncement de sourcils.

Pas de bière tryker ? Et elle qui n?avait pas pensé à en emporter ! Quel désastre !!!

Elle songea alors avec désespoir qu?elle était partie sans rien dans son sac, à part une armure moyenne, un change pour le bébé, une dague et sa boite de fruits caramélisés ? Et rien ne lui disait combien de temps elles devraient vivre ici toutes deux ! Comment allaient-elles faire ? Tous ces réfugiés autour d?elle, qu?allaient-ils devenir ? Et que devenaient ses autres enfants et Amatsu, restés à Pyr ?

Perdant son sourire, elle sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle serra son bébé contre elle, seule au milieu des homins aussi perdus qu?elle, regardant sans vraiment le voir le paysage inconnu qui l?entourait.

C?est alors qu?un papillon virevolta devant elle, semblant rivaliser d?audace pour attirer son attention. Souriant un peu au danseur aérien, elle le suivit des yeux jusqu?à un petit feu autour duquel étaient assis plusieurs réfugiés. Ses yeux s?arrondirent soudain en reconnaissant une silhouette somnolant face au feu Zorglor ! Le visage de la trykette s?illumina d?un sourire. Son ami était là, tout irait bien ? Elle n?était pas seule ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: Le Nouvel Exode   Lun 22 Sep - 8:13

26-11-2007, 15:28 Message : #11 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Le petit lac était décidément un lieu enchanteur, mais un peu étrange. Il y avait bien un bar, en effet, mais celui-ci était tenu par une matis qui, à en juger par le cri qui venait de retentir, ne semblait pas très bien connaître son métier.

Semblant apparaître de nulle part, un papillon bleu passa soudain devant les yeux de Zorglor. Levant la tête, il le suivit des yeux, jusqu'à ce que son regard se pose sur une nouvelle arrivante. Le visage du tryker s'illumina, tandis qu'il oubliait les soucis du moment. Il se releva et se dirigea vers Nymphéa, qui tenait Maheany dans ses bras « Lorganeer vous-deux, je suis content de voir que vous avez pu fuir Fairhaven ! ». Il se pencha et sourit tendrement au bébé qui gazouillait en agitant les bras, avant de faire un grand sourire à l'homine qui lui rendit. « Lordoy ny-toi, je suis contente aussi ! ».

Les deux homins restèrent immobiles quelques instants avant que Nymphéa ne demande « Quelle est cette histoire de bière tryker ? ». « Je ne sais pas, allons voir ! ». Questionnée, la matis leva les yeux au ciel « An je n'ai pas de bière tryker ! Mais qu'est ce qu'ils ont tous aujourd'hui ? J'ai de l'excellente bière d'Avalae par contre ! ». Méfiants, les deux trykers acceptèrent le brevage ... avant de décider que pour la bière, être grand ne servait à rien, et que personne ne savait mieux faire la bière que les trykers d'Avendale.



Les homins commencèrent à explorer les environs, s'éloignant un peu du lac. Au loin, on pouvait distinguer quelques constructions. Alors qu'ils se rapprochaient, ils commencèrent à entendre une étrange musique. Il y avait là quelques musiciens et une dizaine de danseuses, se laissant emporter par la mélodie, jouée par des Zoraï. Le sourire de Nymphéa s'élargit alors qu'elle s'approchait. Mais soudain, la trykette fronça les sourcils « Ah mais ca ne va pas du tout, il n'y a pas de danseuse trykette ! ». Riant, elle étendit une couverture sur la sciure et y déposa délicatement le porte-bébé dans lequel Maheany s'était endormie, puis courut vers le groupe de danseuses, entrainant Zorglor.

Celui-ci ne put danser que quelques minutes avant de retourner souriant à l'endroit où le bébé dormait toujours, ignorante de toute l'agitation autour d'elle. Le tryker se tourna vers le groupe de chorégraphes, ne quittant pas des yeux le visage épanoui de Nymphéa. Toutefois, quand l'homine s'arrêta de danser, la joie et l'insouciance qu'elle tentait toujours d'afficher ne suffisaient plus à masquer l'angoisse qui envahissait lentement son doux visage.

Zorglor hésita quelques instants puis se releva et s'approcha doucement « Ny-Nymphéa ... ». L'homine releva le regard, les yeux remplis de larmes, sur le point de chavirer « J'ai si peur, ny-toi ! ».
Le tryker hocha doucement la tête « Je sais, ny-Nymphéa ... Nous avons tous peur ... il se passe tant de choses inquiétantes, il y a tant de gens dont nous n'avons pas de nouvelles ... »
« Les enfants ... al Amatsu ... ils sont à Pyr, je n'ai pas de nouvelles d'eux ... je ne sais plus ! »
« Oy eny ... regarde ... les réfugiés arrivent petit à petit ... il faudra du temps pour que nous nous retrouvions tous ... mais nous y arriverons ... il ne faut pas perdre espoir ... ».
La voix de Zorglor s'étrangla un peu alors que lui-même pensait à tous ceux dont il était sans nouvelles, et il soupira un peu « An, ne pas perdre espoir, jamais ... »
L'homine resta silencieuse quelques instants avant de murmurer, en essayant de masquer le tremblement dans sa voix « Oy ... tu as raison, je dois attendre ... Grytt ... »

Nymphéa respira profondément, puis releva la tête et sourit « Dis, tu as faim ? J'ai des pattes de clopper ! ».



Les deux homins s'installèrent pour manger, rejoints par Osquallo. Les pattes de clopper finissaient de griller sur un petit feu magique Zoraï quand Nymphéa sortit deux récipients « Il y a deux sauces ! Une aux champignons, et celle-ci est aux piments de cratcha ! ». Zorglor hésitait ... « La sauce aux piments, je l'ai faite moi-même ! ». « Oh ! Hum ... je ne devrais pas manger trop de piments, je ne les supporte pas bien... ». Le tryker essaya de faire un signe discret à Osquallo, qui ne le vit pas et choisit la sauce aux piments.

Nymphéa regarda les deux homins manger. Zorglor commenca à grignoter la patte, regardant Osquallo du coin de l'oeil. Le matis commença à manger sa part, légèrement trempée dans la sauce, puis s'interrompit soudain, portant la main à sa poitrine et demandant de l'eau avec des gestes frénétiques. Zorglor lui tendit très vite la gourde, que le matis vida, ainsi qu'une deuxième, avant de reprendre sa respiration « Je crois qu'elle est un peu forte !! ».

La trykette fronça les sourcils « Forte ? Ah mais an voyons, j'ai juste mis ce qu'il faut ! ». Nymphéa prit un morceau de clopper qu'elle trempa généreusement dans la sauce, avant de mordre dedans à belles dents, avant que les deux homins n'aient eu le temps de faire quoi que ce soit. Le visage de l'homine changea de couleur, passant du bleu qu'elle adorait au vert de ses yeux, avant qu'elle ne tombe à terre, immobile.

Zorglor poussa un cri et s'agenouilla près de l'homine, qui ne bougeait plus. Les décharges d'énergie salvatrice que les deux homins faisaient crépiter sur son corps semblaient sans effet sur la trykette qui ne respirait plus. Zorglor leva l'oeil vers Osquallo, qui semblait aussi perdu que lui, restant comme paralysé. Le tryker se retourna vers Nymphéa, hésitant, puis se pencha en avant et déposa délicatement ses lèvres sur celles de l'homine, avant de souffler doucement. Au bout de quelques instants, le corps de l'homine fut secoué d'un grand spasme, tandis qu'elle inspirait violemment. Nymphéa mit quelques minutes à retrouver sa respiration et à reprendre des couleurs normales. Zorglor resta agenouillé à ses côtés pendant qu'Osquallo était parti remplir à nouveau les outres d'eau.

Le premier geste de l'homine fut de renverser avec horreur dans la sciure le récipient contenant la sauce aux piments. Après quelques temps, les trois homins purent terminer leur repas, riant de l'incident, Maheany les regardant en souriant. Quand le bébé commença à dodeliner de la tête, baillant et pleurant un peu, Nymphéa sourit puis se releva « Il va être l'heure pour nous deux d'aller dormir ! ». L'homine récupéra la sauce aux champignons, reprit le porte-bébé et fit un signe aux deux homins avant de se retourner. « Seelagan al Lorandoy, ny-Nymphéa... ».

Zorglor regarda s'éloigner l'homine et son bébé, puis se leva à son tour, allant s'installer près du lac pour y passer la nuit.
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
27-11-2007, 19:51 Message : #12 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Lorsque Zorglor se réveilla le lendemain matin, le soleil était déjà haut et faisait miroiter le lac de mille feux.

A proximité du bar, se tenaient plusieurs homines, dont une que Zorglor n'avait pas encore vue ici. Le tryker fronça les sourcils, il l'avait déjà rencontrée, mais ne parvenait pas à la reconnaitre, et à mettre un nom sur l'altière matis, dont le cou s'ornait d'un grand médaillon kamiste. Soudain la scène lui revint en mémoire ... Zorglor l'avait déjà rencontrée à Fairhaven ... Titana ! La soeur adoptive de Nymphéa, qui avait perdu la mémoire.

La matis inclina imperceptiblement la tête en réponse au salut de Zorglor, avant de se lancer dans un flot de paroles entremêlées sur le Grand Ralentissement, ses amis les Graines de Kamis, les Karavaniers, sa soeur Nymphéa, son frère Kywee, ... Remarquant soudain le sourire du tryker, Titana fronça les sourcils et demanda d'un air sévère « Eh bien quoi ? ». Souriant toujours, il rassura Titana concernant sa soeur. Le visage de l'homine sembla s'adoucir quelques instants, avant qu'elle ne commence à poser un flot de questions toujours plus pressantes, auxquelles Zorglor répondit, légèrement agacé.

Une fois satisfaite, Titana fronça à nouveau les sourcils puis se remit à détailler ses théories concernant le Grand Ralentissement. Zorglor ouvrit la bouche pour répondre, mais s'interrompit. Autant essayer de parler de politique Tryker avec Slucer ! Il se contenta donc de hocher poliment la tête, ce qui parut déplaire encore plus à Titana, qui accentua encore la véhémence de son discours, jusqu'à ce que le tryker, passablement énervé, ne prétexte une affaire à régler, ce qui fit simplement hausser les épaules à la matis.
Zorglor retourna vers le lac, tandis qu'elle expliquait aux autres homines présentes qu'elle ne comptait pas rester dans cet endroit, mais continuer son exploration.

L'homin fronçait les sourcils. Détestant s'énerver sur des questions religieuses, il était étrangement troublé par la diatribe de Titana, et ne fut pas malheureux de constater, en revenant quelques temps plus tard, que celle-ci avait disparu. Nymphéa revint avec Maheany quelques moments après le départ de sa soeur, après une longue promenade autour du lac. L'homine fut à la fois heureuse de savoir sa soeur en bonne santé et triste de ne pas l'avoir rencontrée...



Un peu plus tard dans la journée, un jeune tryker qui avait quitté l'endroit la veille revient annoncer à tous les homins présents qu'un nouveau lieu accueillant avait été découvert à proximité, et que de nombreux réfugiés s'y retrouvaient.

Après quelques discussions, les homins décidèrent de suivre le messager et, rassemblant leurs quelques affaires, le suivirent dans le canyon en aval du lac. A l'issue d'une courte marche, ils atteignirent un nouveau lac, assez étendu, sur lequel on distinguait une île. Le petit groupe se mit à l'eau, à la joie des trykers, et dans les gromellements d'une bonne partie des autres.

Les réfugiés nageaient gaiement et mirent un certain temps à atteindre la petite île, presque entièrement déserte à l'exception de quelques arbres. Prenant pied dessus, leur guide leur montra une deuxième île, plus étendue, sur laquelle on distinguait diverses constructions « C'est là-bas que nous allons, il n'y a rien ici ».

Le petit groupe d'homins nagea à nouveau jusqu'à la seconde île, dont une bonne partie de la surface était occupée par un très grand bar. Le grand comptoir derrière lequel étaient présents plusieurs vendeurs barrait l'accès à tout une partie du bout de terre, sur lequel était entassée une impressionnante quantité de victuailles et de tonnelets.

Les homins s'approchèrent lentement, surveillant du coin de l'oeil les deux grands varinx domestiqués, tandis que ceux déjà présents, assis autour d'un feu, leur faisaient de grands signes de bienvenue. Etrangement, la plupart de ceux-là semblaient avoir fui les Nouvelles Terres avec seulement une partie de leurs vêtements, certains les ayant même tous oubliés!

Nymphéa se détacha du groupe et s'avança vers le bar, pour demander d'une voix anxieuse « Est-ce que vous avez de la bière tryker ici ? ».
La serveuse écarquilla les yeux, et fronça légèrement les sourcils en répondant à l'homine « Bah oy naturellement ! Drôle de question ! »
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
03-01-2008, 15:18 Message : #13 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Les jours s?écoulaient lentement sur « l?île de Val », comme on l?appelait. Les réfugiés continuaient à affluer et les anciens les aidaient au mieux à s?installer et à prendre leurs repères.
Ici la vie était simple pas de prédateurs, nourriture et boisson à volonté grâce à la prévoyance du Fyros auquel appartenait le bar, lequel, d?ailleurs, ressemblait presque à une forteresse.

Ici, les réfugiés se reposaient et tombaient peu à peu dans la routine d?une vie trop simple pas de chasses périlleuses à mener, pas de guerres pour dominer, pas de sources à forer ?

Ici, même la religion semblait ne plus bercer la vie des homins. Loin de l?influence de la Karavan et des Kamis, les réfugiés semblaient peu à peu perdre leur virulence envers ceux d?une autre croyance.
« Egalité, Fraternité » ? Dans ce lieu oublié, ces deux valeurs trykers reprenaient leur droit avec un naturel déconcertant ? Des jeux collectifs s?organisaient, au cours desquels kamistes, karavaniers et neutres redevenaient de simples homins riant ensemble pour oublier leur inquiétude et tromper leur ennui ; des amourettes naissaient entre anciens ennemis, sous l??il indulgent de tous ; la bière coulait à flot, de glorieux souvenirs étaient évoqués, se transformant souvent en véritables épisodes épiques. Mais nul n?osait jamais parler de l?avenir ? Les plus grandes craintes de ces réfugiés restaient muettes reverraient-ils un jour ces Nouvelles Terres qui étaient leur foyer ? Reverraient-ils leur famille, leurs amis ?

Le quotidien des exilés pouvait se résumer en un mot survivre ?

Pour Nymphéa, les jours s?écoulaient lentement, tous semblables. Elle passait presque tout son temps à s?occuper de son bébé. Maheany, du haut de ses six mois, s?était très vite adaptée à cette nouvelle situation, ne semblant pas se demander où étaient passés son père et ses frères et s?urs. S?occuper de son bébé évitait à Nymphéa de trop penser à ce qui la tourmentait tant l?impossibilité de savoir si les siens allaient bien ? Elle n?avait aucune nouvelle d?Amatsu, ni de ses autres enfants, ni même des Dragons. Avaient-ils survécu ? S?étaient-ils réfugiés sur une autre Terre, se posant les mêmes questions à son égard ? Tant de questions sans réponses ?

Par chance, son ami Zorglor était là. Toujours discret, toujours disponible. Il l?aidait souvent à s?occuper de Maheany, et la petite le reconnaissait à présent de loin, gazouillant lorsqu?elle entendait sa voix. Sa présence rassurait Nymphéa. Zorglor devenait peu à peu son point d?attache, son repère, sans qu?elle en ait réellement conscience. Ils passaient de longs moments à discuter ensemble, à plaisanter de tout et de rien, à se confier leurs inquiétudes.
Lorsque, certains jours, les larmes de la Trykette ne pouvaient s?empêcher de rouler, elle sentait les yeux de Zorglor se poser timidement sur elle et celui-ci l?approchait, la réconfortant de quelques mots ? Avec lui, tout devenait si simple que c?en était parfois déroutant ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
19-02-2008, 00:56 Message : #14 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Comment était-ce possible ? Comment un silence pouvait-il être si pesant et surtout, comment pouvait-il crier si fort dans sa tête ?

Assise au bord de l?île de Val, la Trykette aux couettes violettes laissait glisser son regard sur l?eau calme et paisible. Cela faisait plusieurs semaines à présent que le lien mental l?unissant à Amatsu était coupé et elle avait de plus en plus de mal à le supporter. Elle avait tant pris l?habitude, au cours de ces dernières années, de partager à tout instant les pensées d?Amatsu que le fait de ne plus entendre que les siennes lui procurait comme un vertige ? Le sevrage était aussi brutal qu?involontaire, mais le Lien ne pouvait passer entre les Anciennes Terres et les Nouvelles ?

Soupirant, Nymphéa baissa son regard sur une petite boite posée sur ses genoux. Des fruits caramélisés faits par Amatsu lui-même ? un trésor qui se réduisait inéluctablement comme une peau de chagrin ?

Economiser ces friandises vitales ? Il le fallait ! Elle ne pouvait imaginer un instant ce que serait sa vie sans ces délicieux fruits ? et il en restait si peu déjà ! Mais comment réduire au silence cette envie furieuse de mordre à pleines dents dans un fruit savoureux ? Comment résister à cet envoutant appel des papilles, frémissant à l?idée même de sentir cet exquis caramel fondre dans la bouche ? C?était ? inhomin !!! Et avant d?avoir eu le temps de réfléchir plus loin, Nymphéa se retrouva en train de déguster un fruit caramélisé, les yeux mi-clos, oubliant pour un instant tout ce qui n?était pas sensations gustatives ?

Une ombre s?approcha discrètement et s?assit timidement un peu en arrière de la Trykette. Celle-ci tourna la tête et sourit à l?homin qui portait un bébé endormi.

« Ny-Zorglor ! Approche, je ne mords pas voyons ! »

Son regard s?adoucit en voyant Maheany paisiblement endormie dans les bras du tryker.

« Elle t?a adopté on dirait ! »

Zorglor adorait s?occuper du bébé et ce dernier lui rendait bien.

« Grytt pour ton aide, j?avais besoin de me retrouver seule un peu ? »

La Trykette leva ses grands yeux verts vers Zorglor.

« Il ne me reste que 40 fruits caramélisés, tu te rends compte ? Même en me restreignant à deux par jour, je n?en aurai que pour vingt jours ? Je ne sais comment faire ? »

Zorglor réfléchit un peu et proposa

« Et si tu les coupais en deux ? En en prenant deux moitiés par jour, cela tiendra le double de temps ? »

Nymphéa ouvrit des yeux ronds.

« Les couper en deux ? Oy eny il y a un problème !!! Si j?en touche un, je le mange ? A moins que ? »

Elle regarda Zorglor en souriant, puis lui tendit la boite. Le Tryker sourit à son tour et redonna à sa mère le bébé endormi.

« D?accord, je vais te les couper en deux, ny-Nymphéa. Cela me semble plus prudent en effet ? »

Le soleil se couchait sur l?île de Val ? Loin du bar animé, deux silhouettes côte à côte regardaient le lac. Entre elles, une couverture réchauffait un enfant ? Nul mot n?était échangé mais un sourire de connivence les animait ? Des moitiés de fruits ? Il fallait y penser, non ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
24-02-2008, 00:53 Message : #15 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Zorglor s'était réveillé tôt ce matin, ouvrant les yeux sur les quelques affaires qui étaient posées à côté de lui, sur la berge du lac, derrière un petit bosquet de bamboos. Il avait besoin de solitude, de s'évader ... et s'était donc tout naturellement retrouvé dans le lac, glissant doucement dans l'eau.
Le tryker nageait les yeux à moitié fermés, essayant de faire le vide dans son esprit.

Evoluer dans l'eau azur de l'étendue lacustre. Ressentir jusqu'au bout de ses doigts la fraicheur du liquide et sentir les diverses algues courir le long de son corps. Entendre les cris sporadiques des oiseaux marins à la recherche d'une proie ou de plancton. Regarder les plantes marines s'agiter au gré du vent, admirer les reflets de la lumière de l'astre atysien sur la surface irisée en alternance avec les ombres projetées par l'immense Canopée au-dessus de leurs têtes. Respirer à pleins poumons la légère odeur, indéfinissable, qui ravissait tout homin lorsqu'il arrivait en Aeden Aqueous, émergeant d'un vortex ou d'un pacte de téléportation...

Bref, tout ce qui était d'une parfaite normalité dans le bonheur ordinaire de la vie des Trykers, et de tous les homins, sur Atys, sur leur planète. Tout cela existait encore, certes ... mais qu'est ce qui était encore normal dans leurs vies ? Pour tous les homins, ici, la vie semblait en suspens ; tous attendaient des nouvelles, qui de leurs amis, qui de leurs familles ; tous se demandaient ce qu'Atys allait devenir, et pour aucun la vie n'était normale.

Et puis pour certains autres, il y avait autre chose. Zorglor se mit à nager plus vite, tentant sans succès de chasser de ses pensées ce visage qui l'obsédait, ce rire qui le ravissait, ce regard vert qui le faisait ciller au bout de quelques instants... Nymphéa ... Nageant toujours sans but, l'homin se crispa. Tout en lui lui disait de cesser cette folie, de ne plus penser à la trykette dont il était déjà fou amoureux ... Sa raison lui intimait d'arrêter de se perdre dans ses rêves, dans ces instants de bonheur, ici, en sa présence et en celle de Maheany ... Maheany ... Nymphéa ... Le tryker laissa échapper un sanglot, provoquant l'effroi d'un yber qui voletait tranquillement au dessus de lui.

Il devait partir ... quitter le bar et tout oublier ... c'était la seule solution raisonnable. Mais comment pouvait-il partir, laisser ses rêves et son bonheur derrière lui ... Pas tout de suite alors, encore un jour, quelques jours, puis il faudrait partir ... il le devait.

Zorglor regagna la berge, sortit de l'eau, se laissa sécher au soleil, puis s'habilla. En glissant sa dague à sa ceinture, il sourit en repensant à cet incident la veille, quand une des serveuses matis du bar avait essayé de convaincre les clients que, pour découper sa viande, plutôt que la dague, il valait mieux utiliser une lame ridiculement petite qu'elle avait nommé "couteau" et qui ne pouvait servir qu'à cela. Ce "couteau" devait d'ailleurs être accompagné d'un autre accessoire, un genre de rateau miniature appelé "fourchette". Les trykers présents avaient beaucoup ri, surtout quand Nymphéa avait proposé d'utiliser la "fourchette" comme peigne à cheveux.

L'homin prit une grande inspiration puis se dirigea vers le bar, pour aller demander un lait de messab.
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
28-02-2008, 17:18 Message : #16 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
La nuit étoilée s?effaçait doucement. Une à une, les petites lumières scintillantes s?estompaient et s?effaçaient, laissant place à la lumière d?abord timide de l?astre du jour. Peu à peu, les teintes orangées du ciel firent place à un bleu franc c?était à n?en pas douter une belle journée qui commençait sur l?île de Val.

Son bébé de six mois blotti contre elle, Nymphéa s?éveillait doucement ? Ses pensées se tournèrent d?abord vers Amatsu et ses enfants restés à Pyr et son c?ur se serra d?inquiétude ? Comment allaient-ils ? Allait-elle les revoir bientôt ? Elle ferma les yeux et revit avec précision chacun d?entre eux Amatsu, son homin devant les Lacs, celui qu?elle aimait plus que tout ; Alyz, sa petite yubonette fiancée à Drakaan ; Naori, son premier enfant déjà en âge de voler de ses propres ailes ; la douce Azalée ; Atryna, la fille de sa s?ur Titana, qu?elle élevait comme sa propre fille ; les jumeaux Yarrow et Tiaré, toujours inséparables ; Makao, qui était appelé à devenir un jour un grand Sage ? Oh, comme ils lui manquaient tous !

Elle serra doucement Maheany contre elle. Elle n?avait pas eu le choix ! Si elle n?avait pas fui ici, Maheany serait morte à présent ? sa petite cage thoracique ne parvenait pas à affronter le Grand Ralentissement et la petite commençait à bleuir ?

Elle sourit tendrement au bébé.

« Lordoy ny-Maheany ! »

Elle contempla l?enfant endormi et ses pensées se tournèrent vers Zorglor, repensant au temps que le tryker passait à s?occuper du bébé et d?elle-même. Son visage à demi éveillé esquissa alors un sourire et elle remercia muettement son ami de sa présence quotidienne.

Elle mit du temps à remarquer que quelque chose avait changé ? Et puis soudain, l?évidence la réveilla totalement le Lien était rétabli !!! Elle pouvait de nouveau ressentir dans sa tête la présence d?Amatsu ! Cela ne pouvait signifier qu?une chose son aimé était enfin sur les Anciennes Terres !

Elle sauta sur ses pieds, à la fois heureuse et soulagée. Son homin était de retour ! Il avait réussi à la rejoindre avec les autres enfants ! La famille O?Nehly allait enfin être de nouveau réunie ! Elle scruta l?horizon et ne fut pas surprise de voir une silhouette familière venir vers elle ?

« Ny-amn !!! »

Le cri jaillit de sa gorge telle une délivrance ?

« Yem-Nylia !!! »

Leurs bras se tendirent et ils tombèrent dans les bras l?un de l?autre, heureux et soulagés, tournoyant joyeusement, s?embrassant encore et encore, mettant fin à des semaines d?inquiétude et de séparation forcée.

« Comme tu m?as manqué yem- Amaou !

- Je suis là maintenant ? Où sont les enfants ? J?ai tellement hâte de les serrer dans mes bras ! »

Nymphéa blêmit.

« Tu n?es pas venu avec les enfants ? Je n?ai que Maheany avec moi ! »

Amatsu recula d?un pas, incrédule.

« Tu n?es quand même pas partie de Pyr en n?emmenant que Maheany ?

- Mais ? j?étais avec elle à Fair Haven lorsque le Grand Ralentissement a commencé ! Toi, tu étais encore à Pyr ! Et les enfants passaient la nuit chez les voisins ? Tu ne les as pas laissés là-bas quand même ? »

Le Tryker aux cheveux blonds s?emporta

« J?étais parti en patrouille dans le désert !!! Comment as-tu pu les abandonner chez les voisins ?

- Mais ? Tu étais encore là je suis partie !!! Jamais je ne les aurai laissés et tu le sais !!! »

La sève d?Amatsu ne fit qu?un tour.

« Comment as-tu pu faire une chose pareille ? Je retourne les chercher ? J?espère pour toi qu?ils vont bien ? »

Le Tryker fit demi-tour et partit sans un regard, aussi inquiet que furieux, laissant sur la plage une trykette desespérée ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
01-03-2008, 12:31 Message : #17 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Zorglor buvait lentement son bol de lait de messab, rêvassant silencieusement, lorsqu'une silhouette passa, marchant rapidement. Les quelques clients rassemblés près du bar tournèrent la tête vers le nouvel arrivant, un tryker blond. Amatsu O'Nehly. Celui-ci passa à proximité du bar, remarquant à peine les quelques réfugiés, et se dirigea vers le petit bosquet, quelques pas plus loin, où deux trykettes avaient passé la nuit.

Zorglor avait instinctivement tourné la tête vers le bar, se plongeant dans l'étude détaillée du règlement de l'établissement, affiché sur un poteau, et écrit à la fois en Atysien et dans les quatres langues homines, l'air très concentré et indifférent aux exclamations de joie venant de derrière les bamboos. Il ne leva pas plus les yeux lorsque des éclats de voix retentirent, et qu'Amatsu réapparut, repassa à proximité du bar sans un regard pour les homins et s'éloigna, le visage fermé.

Quelques instants de flottement suivirent; les clients et M. Val se regardaient, l'air intrigué et gêné, quand, de derrière le bosquet, Nymphéa sortit, le visage blême, tenant Maheany dans ses bras, marchant d'un pas incertain jusqu'au bord de l'eau, où elle s'assit, recroquevillée, tournant le dos aux autres réfugiés. Ceux-ci regardaient ailleurs, visiblement gênés.

Zorglor regarda Nymphéa, hésitant, se sentant perdu, retenu dans son instinct de se précipiter vers elle par une foule de pensées contradictoires. Finalement, ce fut M. Val qui s'approcha de l'homine, et se pencha vers elle, essayant de la réconforter. La trykette leva ses yeux verts pleins de larmes et commença à expliquer ce qui s'était passé, d'une voix altérée. Après quelques mots de réconfort, le fyros, gêné, se releva et murmura « Je dois aller m'occuper de ranger le bar ... ». Nymphéa lui fit un petit signe de la main, sans bouger. M. Val s'éloigna, puis rentra dans le bar par la petite porte et disparut.

Zorglor était resté figé à proximité, n'osant pas bouger, se contentant de regarder et d'écouter l'échange entre le fyros et la trykette. Il se sentait toujours déchiré entre son désir de se précipiter au côté de Nymphéa, de l'aider à retrouver le sourire, à faire disparaitre ce poids et ce regard affligé, et sa crainte de l'importuner, de la dégoûter, d'être maladroit. Il aurait presque souhaité ne pas avoir été là... Le tryker gardait ses yeux fixés sur l'homine immobile, toujours recroquevillée sur la berge. Après quelques instants qui lui semblèrent une éternité, il s'avança doucement, ne sachant ni que dire, ni que faire, mais incapable de tergiverser plus longtemps.

Le pas hésitant, Zorglor s'approcha de l'homine immobile et murmura doucement « Ny-Nymphéa ? ». Celle-ci tressaillit, passa rapidement la main sur ses yeux et leva la tête vers Zorglor, qui avait presque instinctivement fait un pas en arrière. « Oy ? » demanda-elle d'une voix tremblante. « Je ... Ca va ? ». Le tryker s'interrompit, se sentant stupide. « Tu as entendu ? Ce qu'il a dit ... ». Zorglor hocha doucement la tête, ne sachant que répondre. « Tu crois qu'il a raison ... que je suis une mauvaise mère pour mes enfants ? ».

L'homin s'approcha lentement, s'agenouillant à côté de la trykette, le visage grave mais essayant d'arborer un sourire apaisant.

« Non, bien sûr que non. Le Grand Ralentissement a pris tout le monde par surprise, personne ne pouvait s'y préparer, et tu n'as pas eu le choix. ». Nymphéa étouffa un sanglot et gémit « Mais il a raison .. les enfants, je les ai laissés ! ». Le tryker hocha doucement la tête « Tu ne pouvais pas savoir, c'est impossible... Mais s'ils sont restés à Pyr, ils sont en sécurité, tout va bien aller ...».

Nymphéa sembla hésiter un instant. « Tu crois vraiment ? Mais Amatsu ... ». Zorglor hocha doucement la tête, cherchant ses mots « J'en suis sûr ... Et Amatsu ... il a eu peur, il a réagi sous le coup de l'émotion, ça ne durera pas. Dès qu'il sera revenu de Pyr avec les enfants, tout ira mieux ... et vous serez tous réunis. ». Le tryker laissa sa phrase en suspens, puis fit un sourire rassurant à l'homine « Crois-moi ... ».

Nymphéa hocha la tête, se passant à nouveau la main sur les yeux et murmura « Oy tu as peut-être raison, eny ... ». La trykette ne termina pas sa phrase et soupira « Dis, tu pourrais prendre Maheany quelques temps, j'ai besoin de ... ». Zorglor hocha la tête, sourit, puis se pencha pour prendre délicatement l'enfant endormi dans les bras de sa mère. Celle-ci regarda le tryker se relever, tenant le bébé, puis murmura d'une voix douce « Grytt ... ».
Adresse IP : Notée

Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur
19-03-2008, 17:03 Message : #18 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
La Trykette aux couettes violettes resta un moment face au lac, seule avec sa détresse ? Elle avait mis tant d?espoir en le retour d?Amatsu ! C?était l?idée d?être de nouveau réunis qui l?avait soutenue jusque là ! Elle s?était naïvement imaginée que le jour où il la rejoindrait, sa seule présence effacerait tous ses soucis et toutes ses craintes ? Ses bras protecteurs, ses mots doux, ses caresses ? Tout serait redevenu si simple !

Amatsu était revenu mais il n?avait pas su apaiser ses craintes ? Tout n?avait été que reproches, et celui sur qui elle comptait tant avait su la poignarder en plein c?ur de ses paroles blessantes, elle qui était déjà si fragile en ces temps troublés ?

Nymphéa essuya rageusement les larmes qui lui chatouillaient les joues et laissa le vent emporter son murmure de détresse

« Ny-amn, pourquoi me fais-tu tant souffrir ? Zorglor me dit que tout va s?arranger, mais ? »

Des scènes passées quasi oubliées lui revinrent en mémoire ; dans toutes, Amatsu montrait un autre visage que celui du mari aimant celui d?un homin volage, d?une froideur cruelle en son égard ? Un frisson la parcourut tandis que l?écho des paroles de son amie Shellyna résonnait dans sa tête « Quitte-le ! Il ne te mérite pas ? »

?Comment pourrais-je faire cela ? Je l?aime ? »

Elle entendit au loin un rire d?enfant et se retourna vers le bar. Zorglor faisait tournoyer Maheany dans ses bras et le bébé riait aux éclats. Cela l?émut et la fit sourire à la fois. Une envie irrésistible la prit celle d?aller vers eux et de les serrer dans ses bras ?

Elle se leva, essuya de nouveau ses larmes et rejoignit le couple insolite, se promettant de laisser ses soucis de côté pour ce soir et de retrouver pour un instant son insouciance de trykette ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
19-03-2008, 18:15 Message : #19 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
« Viens ? »

Un peu étonné, Zorglor demanda

« Où ça, ny-Nymphéa ?

- Pas très loin ? »

Reprenant Maheany dans ses bras, elle entraîna le tryker aux cheveux violets au bord de l?eau.

« Tu vois cette grande racine dans l?eau, là-bas ? Celle qui se dresse comme un pieu géant et semble partir à l?assaut des cieux ? »

Zorglor hocha la tête.

« Lorsque je la regarde, je rêve de pouvoir grimper tout en haut !

- Et que ferais-tu, une fois là-haut ? Il n?y a nulle part où aller !

- Oh, c?est facile ! Je lèverai très haut les bras vers le ciel et crierai dans le vent que je suis libre comme lui ! Ce serait tellement merveilleux ! »

Nymphéa sourit, rêveuse.

« Et puis ? quelle vue on doit avoir de là-haut ! »

Elle contempla quelques instants encore la racine verticale avant de laisser son regard glisser vers la petite île adjacente.

« Et si on allait sur la petite île, ny-Zorglor ? Elle est accessible, elle ! »

Le Tryker sourit et, pour toute réponse, entra dans l?eau. Nymphéa le rejoignit, nageant sur le dos en maintenant le bébé sur son ventre. Bientôt, ils furent de l?autre côté et s?assirent sur la sciure, tous deux trempés. Maheany, repue après un biberon conséquent, ne tarda pas à s?endormir sous une légère couverture.

Soudain, malicieuse, Nymphéa lâcha

« Le premier revenu ici après avoir contourné la racine verticale a gagné ! »

Et sans laisser à Zorglor le temps de réagir, elle se rua vers le lac en riant.

« Hé !!! Attends-moi !!!

- Ah an alors ! Sinon tu vas gagner !

- C?est ce qu?on va voir !

- C?est tout vu, ny-toi ! »

Le tryker plongea à son tour dans le lac, essayant de rattraper Nymphéa qui, à son habitude, ne put s?empêcher de faire des pirouettes dans l?eau, même en pleine course. Il la rattrapa au niveau de la racine - dont elle fit deux fois le tour -, et entama le retour en tête, sous les cris de protestation de la trykette qui oublia toute fantaisie aquatique pour redoubler de vitesse.

« Je vais gagner ! Tu vois, je te l?avais dit ! »

Nymphéa sortit de l?eau en courant, riant, sans voir le sourire en coin de Zorglor qui avait subtilement freiné sa course afin de la laisser le doubler, et se rapprocha de l?endroit où Maheany dormait paisiblement. Sautillant sur place, elle attendit le tryker en chantonnant

« Un gage ! Un gage !

- Oh ? et quel sera ce gage, ny-toi ? »

Nymphéa réfléchit un instant avant de répondre, un grand sourire sur le visage

« Un bain de sciure ! »

Et sans plus attendre, elle poussa le tryker à la renverse, voulant le rouler dans la sciure. Celui-ci contrattaqua en la faisant tomber à son tour, et bientôt, tous deux roulèrent pêle-mêle dans la sciure, riant aux éclats, insouciants et joyeux pour la première fois depuis longtemps ?

Au bout d?un long moment, autant épuisés l?un que l?autre, ils se demandèrent mutuellement grâce, et une trêve fut signée dans un sourire de connivence. Après un bon bain pour leur redonner allure homine, tous deux revinrent s?asseoir près du bébé, aussi trempés l?un que l?autre.

« Ny-Nymphéa ?! Tes cheveux !!! »

- Oy ? Il y a un problème ?

- An, eny regarde ! La teinture violette s?en va enfin ! Ils redeviennent verts ! »

Nymphéa tira sur une couette pour mieux voir et, souriante, conclut

« Ah ça, ça se fête ! »

Et elle sortit sa boîte de précieux fruits caramélisés, en offrant un à Zorglor qui ne se fit pas prier pour accepter !

Bientôt, le silence recouvrit la petite île, tandis que les deux trykers dégustaient quelques fruits, les yeux mi-clos, laissant échapper par moment des « hmmmm » de gourmandise ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
08-04-2008, 14:38 Message : #20 |
Zorglor Bonpied
Invité

Le Nouvel Exode
Nymphéa sourit et tourna la tête « Dis, tu te souviens, je t'ai déjà parlé de mon cousin, Nymphéo ? ».

Zorglor regarda l'homine et hocha la tête.

« Tout à l'heure, quand j'ai fait l'abominable trykette de sciure ... c'était aussi un peu en pensant à lui. ». La trykette s'interrompit quelques instants, rêveuse, alors que Zorglor continuait d'écouter.

« Quand nous étions enfants, ensemble, à Fairhaven ... Il aimait m'emmener la nuit sur les pontons de Fairhaven, jusqu'à Côte de Loria ... tu sais, l'autel au bout du ponton ... ». Nymphéa continua pendant un moment, un sourire aux lèvres, à raconter les histoires des nuits enfantines à Fairhaven, les petites joies et les petites frayeurs formant le quotidien des jeunes trykers, l'homin écoutant toujours paisiblement.

Nymphéa tourna soudain la tête, souriant malicieusement « Mais tu sais, il y avait un autre jeu auquel je jouais avec Nymphéo ! ».
« Ah ? Et lequel ? »

L'homine se rapprocha subrepticement de Zorglor, et soudain, d'un geste vif, porta une main à sa chevelure et dénoua prestement un des liens du tryker qui protesta « Hé mais ! ». Un petit rire malicieux lui répondit.
« Ah eny an, ça ne va pas se passer comme ça ! » La bataille qui s'ensuivit fut brève et ponctuée d'éclats de rire. Quand les deux trykers se redressèrent, les cheveux verts et libérés de leurs couettes de Nymphéa ruisselaient en cascade sur ses épaules tandis que les cheveux de Zorglor étaient tous dénoués et en vrac, les liens de couleur éparpillés tout autour d'eux.

« Voila c'était ça notre jeu ... ».
« Un jeu assez original en effet, ny-Nymphéa ! »
« Sauf que mon cousin, lui, avait un moyen de tricher ... mais ça je ne te le raconterai pas ! »

Nymphéa rit gaiement et renoua expertement ses couettes. Zorglor fit la moue « Ah mais an, ça aussi c'est de la triche, j'ai toujours du mal à les renouer, moi. ». La trykette sourit sans répondre puis s'installa derrière l'homin et commença à rattacher les mèches une par une, récupérant les liens dans la sciure. Le tryker resta silencieux, regardant au loin et souriant.

« Et voila, c'est fini ! »
« Déjà ? En effet tu as du beaucoup jouer à ce jeu ... Grytt ! »

L'homine sourit longuement, puis murmura doucement « Il se fait tard, je vais aller dormir. ».

Zorglor hocha la tête en souriant. La trykette le regarda, puis s'approcha légèrement et se pencha vers l'homin. Murmurant « Grytt ny-toi ... grytt de m'avoir fait retrouver le sourire. », elle déposa un léger baiser sur la joue du tryker, qui rougit dans la pénombre et ne répondit rien. L'homine se releva et se dirigea vers l'endroit où Maheany dormait.

« Seelagan al Lorandoy, ny-Nymphea ».
« Seelagan al Lorandoy, ny-toi ».

Reprenant délicatement Maheany dans ses bras, la trykette s'éloigna, laissant Zorglor songeur, les yeux fermés, souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: Le Nouvel Exode   Lun 22 Sep - 8:14

08-11-2008, 13:36 Message : #21 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Le Nouvel Exode
Les jours passaient sur l?île de Val, ponctués d?attente, d?inquiétudes et de petites joies.

Nymphéa passait de plus en plus de temps en compagnie de Zorglor. Maheany, son bébé de six mois, appréciait sa compagnie autant qu?elle et lui tendait les bras dès qu?elle le voyait. Le tryker aux cheveux violets prenait de plus en plus d?importance dans la vie de Nymphéa mais elle était trop attachée à Amatsu pour s'en rendre compte ...

Deux semaines plus tard, Amatsu réapparut avec les enfants. Il était blessé et fatigué mais aussi visiblement soulagé d?être enfin arrivé. Azalée, Atryna, Yarrow, Tiaré et Makao se précipitèrent vers les bras tendus de leur mère dans un cri de joie. Zorglor, qui se tenait alors aux côtés de Nymphéa, Maheany dans les bras, posa délicatement le bébé près de sa mère et s?éclipsa discrètement, sous le regard perplexe d?Amatsu. Les échos des retrouvailles entre les enfants et leur mère résonnèrent longtemps à travers l?île jusqu?à ce que, épuisés par le long et périlleux voyage, les petits finissent par s?endormir paisiblement.

Ce fut alors que la confrontation commença.

« Que faisait Zorglor avec Maheany dans les bras ?

- Il la berçait ? Oh, ny-amn, laisse-moi te soigner, tu es blessé ! »

Le c?ur de la trykette était partagé entre le bonheur de retrouver son homin et le sombre pressentiment que sa vie allait de nouveau être ponctuée de tempêtes au gré des humeurs et des actions de son aimé. Et puis ? il y avait autre chose qui la mettait mal à l?aise, mais elle ignorait quoi ?

Sortant de son sac son nécessaire de soins, Nymphéa commença à soigner les blessures d?Amatsu. Ce dernier ne quittait pas du regard la trykette, comme s?il cherchait à la sonder.

« Tu passes beaucoup de temps avec lui, n?est-ce pas ? »

La question sembla surprendre l?homine.

« Oy, bien sûr ! J?ai eu de la chance qu?il soit là, son amitié m?a été précieuse durant ton absence. »

Elle sourit.

« Mais par chance, tu es enfin revenu et nous sommes tous réunis ! Tu me manquais tant ! »

Amatsu ne répondit rien, se laissant soigner, l?air songeur.

« Voilà, c?était superficiel, ça guérira vite ! Raconte-moi maintenant ? comment s?est passé le voyage ? »

Le tryker raconta le long et périlleux voyage qu?il avait dû entreprendre avec les enfants à travers les Primes racines, à cause de l?incroyable négligence de Nymphéa. Celle-ci protesta avec véhémence, le ton monta rapidement. Ce qui aurait pu être des retrouvailles joyeuses sombra rapidement dans le chaos. Furieux, Amatsu partit dormir auprès de ses enfants, laissant Nymphéa seule et désemparée au bord du lac ?

Zorglor, depuis le bar de Val, entendit les éclats de voix. Osant tourner la tête vers elles, il vit Amatsu partir d?un air décidé, laissant Nymphéa seule au bord de l?eau. Il hésita longuement mais ne bougea pas ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Nouvel Exode   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Nouvel Exode
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cellier: Nouvel Arrivage!
» Exode d'une demi-sang
» [ Horde ] Le Nouvel Appel du Destin
» [Administration] Nouvel administrateur et accès au compte fondateur
» Nouvel Admin

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: