Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Une si belle surprise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jazzy

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Une si belle surprise   Lun 22 Sep - 9:34

20-09-2009, 11:35 Message : #1 |
Zorglor Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 179
Inscription : Sep 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Il y a 3 cycles

Ce matin-là, un tryker s'était levé tôt, tout habité par son idée. Zorglor s'était glissé sans bruit en dehors du grand appartement baigné de la douce lumière des Lacs filtrée par l'eau, non sans laisser un petit mot pour Nymphéa, histoire d'éviter tout risque d'inquiétude ou de récriminations. La sortie du téléporteur avait été le même ravissement que d'habitude. Passer d'un seul coup de l'atmosphère feutrée du bâtiment sous-marin à l'air des Lacs, portant le cri des animaux, était une expérience de laquelle aucun tryker ne pouvait se lasser.

Zorglor se dirigea sans hésiter vers l'étable de Fairhaven où il fut comme à l'accoutumée assailli par l'odeur des mektoubs avant de se mettre à déambuler parmi les animaux. En passant à proximité du box d'Obstiné, le mektoub rebelle de Nymphéa, il sourit et fit un clin d'oeil à l'animal, qui s'interrompit quelques instants de brouter, jaugeant le tryker.

Zorglor arriva devant Poudre, son propre mektoub, qui leva la tête
- On va faire un petit voyage, mon joli ... pas très loin !

Tryker et mektoub sortirent ensemble de l'étable en direction du Lac dans lequel la monture se jeta rapidement, s'ébrouant violemment et éclaboussant le mektoubier.

Au bout d'un bon moment de voyage dans le Lac de la Liberté, juché sur le dos de Poudre, l'homin devait lutter pour faire face à l'endormissement provoqué tout autant par le doux balancement de la nage du mektoub que par le chaud soleil d'été. Il se pencha sur le côté pour faire couler un peu d'eau sur sa tête puis se redressa, un grand sourire aux lèvres. Oh oui, ça serait une si belle surprise, tellement jolie !

Zorglor était reparti dans sa rêverie quand le mektoub reprit pied et sortit progressivement de l'eau, en face du vortex des Plages d'Abondances.

Le tryker se mit immédiatement sur ses gardes. Plus question de somnoler cette fois, malgré leur apparence enchanteresse et baignée de soleil, les Plages étaient un lieu dangereux pour tout homin. Pour certains plus que d'autres, pensa le tryker en franchissant le vortex, puisque cette région des Lacs avait la particularité que les carnivores n'y étaient pas les seuls prédateurs.

L'homin donna à manger au mektoub avant de remonter dessus
- Allez courage mon Poudre, là va falloir faire attention

Mektoub et homin se mirent à filer sur la sciure chaude, les deux surveillant de l'oeil les nombreux prédateurs. Si certains, sans doute déjà rassasiés ou simplement déjà terrassés par la chaleur montante de la fin de matinée, ne faisaient que les regarder passer assez placidement, d'autres trouvèrent là une fort belle occasion de varier un peu l'ordinaire. De l'homin, c'est de la viande fine, ca change de l'Arma. Et pour ceux qui n'avaient que la possibilité de manger du Yelk, la tentation était encore plus forte. Toutefois, à part un torbak qui réussit fort habilement à planter une griffe dans la croupe de Poudre, lequel se cabra violemment, manquant de déstabiliser Zorglor, l'ensemble des aspirants hominophages se retrouvèrent fort dépités.

Enfin, ils atteignirent leur destination. Le Lac des Sources Agitées des Cutes.
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
20-09-2009, 14:06 Message : #2 |
Zorglor Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 179
Inscription : Sep 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Zorglor n'avait pas beaucoup eu l'occasion de fréquenter cet endroit des Lacs, plutôt mal famé il faut le dire, mais ces dernières semaines, les nécessités de la construction des tours de défense avaient beaucoup fait bouger les homins. Il y avait notamment par ici d'excellents gisements de terre meuble, parfaite pour édifier de solides fondations, à même de résister à de grands assauts de mandibules chitinées.

C'était à l'occasion d'une de ces expéditions de forage, alors qu'il se trouvait seul, que le tryker avait repéré la trace d'un étrange gisement, sur lequel la poudre de forage semblait se concentrer. Intrigué, il avait commencé à forer délicatement et prudemment, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. Surprenant, en effet ! Par un singulier caprice des veines de sève, un gisement d'ambre et un de fibre s'étaient retrouvés convergents, les matières affluant de l'un se déversant dans l'autre. Le résultat de la fusion qui s'opérait dans les profondeurs des Plages était aussi singulier qu'agréable pour les yeux. De longues fibres en parfait état, entièrement recouvertes de multiples couches d'ambre, brillant de reflets irisés. Interloqué, l'homin avait bien essayé de voir si ce gisement inattendu pourrait être d'une quelconque aide pour la confection d'amplificateurs magiques, mais les vertus de la fibre ainsi parée se retrouvaient comme neutralisées, et en somme, ce gisement était amusant mais inutile ... Par contre, un bijoutier saurait en faire un collier superbe. Pour le pendentif, Zorglor avait déjà commencé à imaginer enfermer quelques gouttes d'huile dans un petit bloc d'ambre. Par contre, il lui fallait beaucoup plus de cette fibre enrobée pour espérer faire quelque chose, d'où sa présence ce matin.

Tout à l'excitation de son forage, l'homin avait relâché son attention. Une erreur grave en ce lieu. Cet état de fait n'avait pas échappé à un torbak, toujours prompt à repérer la moindre faiblesse. Le massif félin s'était approché subrepticement, ses lourdes pattes ne produisant pas le moindre son sur la sciure. Quand il bondit, le tryker n'eut que le temps d'apercevoir son ombre et de faire un mouvement de surprise sur le côté qui lui évita d'être déchiqueté au premier assaut par les puissantes griffes. Mais le combat était par trop inégal. Zorglor essaya de se relever, sans que le torbak ne lui en laisse le temps, revenant sans cesse à l'attaque, vers le trou où le tryker s'était réfugié. La pioche de l'homin se planta dans la patte du félin qui poussa un feulement de rage et recula légèrement, se préparant déjà au prochain assaut. Malgré une blesssure déjà profonde, Zorglor parvint à s'extirper du trou et à rouler en direction de son sac qu'il avait négligemment laissé plusieurs mètres plus loin. Il n'eut pas le temps de l'atteindre que l'agresseur s'était déjà interposé, poussant son sinistre hurlement. Désemparé, l'homin jeta un coup d'oeil à la cantonade. Poudre s'était éloigné de plusieurs dizaines de mètre, terrorisé, et il n'avait plus aucune chance de l'atteindre avant que le torbak ne se jette sur lui, et avec sa tenue légère de forage, il ne pourrait pas résister longtemps aux coups de crocs et de griffes.

Zorglor fit alors la seule chose à laquelle il put penser, il fonça directement sur l'agresseur, avec l'intention d'utiliser sa pioche comme arme. Il parvint en effet à blesser légèrement l'animal et mit à profit ce court répit pour courir de toute la vitesse de ses jambes de tryker vers le Lac tout proche. Hélas, un torbak, surtout énervé et affamé, court plus vite qu'un homin, et celui-là ne fit pas exception à la règle, bondissant sur Zorglor et le faisant basculer sur la berge. Sérieusement blessé, dans un dernier effort, l'homin parvint à se propulser lui-même et tomba lourdement dans le lac, éclaboussant le torbak. Celui-ci poussa un cri et tenta de faire revenir le corps de l'homin à lui à grand coups de pattes, mais déjà, ce dernier s'éloignait du bord, laissant le torbak seul.

Poussant un râle, Zorglor se retrouva sur le dos dans l'eau, un voile de douleur devant les yeux. Cette fois ... il faudrait que la Karavan ou les Kamis interviennent ...
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
20-09-2009, 14:16 Message : #3 |
Prudence Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 196
Inscription : Dec 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
oulàlà , Zorglor , vite la suite , je suis tres inquiete pour toi

Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
22-09-2009, 14:13 Message : #4 |
Zorglor Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 179
Inscription : Sep 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Les matis à la tête du petit groupe étaient de fort méchante humeur en arpentant les Plages d'Abondance ce jour-là. Encore une fois, le chef leur avait imposé d'aller à la chasse. Comme s'ils n'avaient rien de mieux à faire que cette basse besogne de ramener de la nourriture, surtout qu'une bonne partie allait pour nourrir les avortons.

- Pourquoi on ne leur fait pas faire à eux ? On les surveillerait mais ça serait eux qui chasseraient
- Tu n'as vraiment pas d'idée encore plus géniale ? Tu veux vraiment leur confier des armes histoire qu'on aie des ennuis ?

Les matis du groupe tournèrent en même temp la tête vers les deux trykers en haillons qui les accompagnaient, la tête basse, occupés à dépecer la précédente prise, un petit bodoc.
- En tout cas, moi j'en ai marre, c'est la deuxième fois cette semaine qu'on est obligés de faire ça.
- Eh, c'est quoi ça là-bas ?

L'un des hommes montrait le milieu du Lac. Sur les eaux étincelantes des reflets du sommeil, flottait une forme homine entourée d'une grande tâche de sève.
- On dirait un de ces nabots. Le matis rit grassement. "Visiblement, il a eu comme un souci".
- Ouais ... J'ai une idée.

Il sortit son fusil et se mit en devoir de pointer la forme.
- On va s'entraîner au tir, ah ah !
- Nan attends ... Ca serait gâcher de la marchandise facile à avoir. Envoie un de ceux-là le chercher.
- Mouais tu as raison. Eh toi-là, va chercher ton copain !

Le tryker apostrophé se hâta de plonger en direction du corps, tandis que le matis le suivait du fusil, menaçant. L'esclave ne tarda pas à revenir, haletant sous le poids de la forme inconsciente.
- Hum il est vraiment dans un sale état, ça ne va pas être simple de le remettre sur pieds.
- Bah on avisera au camp. Hop vous deux, emmenez-le et pas de blagues si vous voulez pas tater de mon fouet !

* * *

Le soir, dans son camp d'Esclavagistes, au sud du téléporteur Karavan, le chef Pelorus recevait un des homins qui ressemblaient le plus à ce qu'il aurait pu appeler un ami, le botaniste matis Cirrio. Le chef faisait étalage de l'organisation de son camp et de son efficacité pour tout ce qui avait lieu à la gestion de la marchandise.
- Venez par ici, Ser Cirrio ... voici le quartier de mes hommes ...
Pelorus s'arrêta soudain devant la tente, l'air outré puis appela un des gardes de sa puissante voix de stentor.
- Jilli !
- Sil, Na chef ?
- Qu'est ce que Nityaena (NB petit homin, tryker) en miettes fait ici dans mon camp ? Croyez-vous que cela soit un hopital pour les nabots ? Répondez ! Qu'est-ce donc que ce lamentable spectacle ?
- C'est à dire que ... la patrouille l'a trouvé ce matin, et on s'était dit que ça ferait une marchandise de plus sans avoir trop d'efforts à faire, il suffit de le soigner.
- Il suffit ? Vous avez vu son état !
- Mais ...
- Ne discutez pas ! Allez me jeter ça aux Kinchers !
- Sil chef !

Pendant toute la discussion, Cirrio était resté en retrait, l'air interessé, les yeux plissés
- Attends un instant ... Avant de te débarasser de lui ...
- Eh bien Ser Cirrio ?
- Il me vient une idée ... mais pas ici, devant tes hommes, retournons dans ta tente.

Une fois les deux hommes seuls, Pelorus versa du vin et se mit à écouter Cirrio.
- Comme tu le sais, je travaille sur certains dérivés de plantes aux propriétés ... intéressantes, dirons-nous. Je me suis beaucoup interessé aux techniques permettant de faciliter la sujétion que l'on peut exercer sur un autre homin. Pour l'instant, mes expériences n'ont pas été parfaitement concluantes, on va dire. Il se trouve que l'esprit homin, particulièrement celui des trykers, est naturellement trop résistant, pour simplement anéantir la volonté, à moins d'utiliser des quantités de drogues qui malheureusement, laissent trop de traces. Le sujet n'est plus bon à rien ensuite.
- Crois-tu que j'ignore tout cela ?
- Non point, Pelorus. Mais ton tryker me donne l'occasion de faire une expérience qui me tenait à coeur. Que se passerait-il si on prenait un homin à l'esprit affaibli, tel que le tien, encore inconscient, et qu'on le droguait peu à peu. Si mes prévisions sont exactes, les résultats seront bien meilleurs. Un esclave parfaitement docile et toujours en état d'accomplir les taches pour lesquelles il sert. En fait, je pense qu'il serait encore tout à fait conscient de ce qui lui arrive, mais incapable de se rebeller.

Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres de Pelorus
- Par Jinovitch, Cirrio, tu es bien pire que je ne pensais !
- Je sais, répliqua simplement le botaniste sur un ton supérieur.
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
22-09-2009, 19:35 Message : #5 |
Imogène Hors ligne
Yubo Vagabondant
****
Messages : 514
Inscription : Dec 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
*Murmure à Zorglor* dis....Dostoïevski....c'est pas toi par hasard ?
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
22-09-2009, 19:50 Message : #6 |
Bastien En ligne
Ora
******
Messages : 2,210
Inscription : Jan 2006
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
( * attend avec impatience le volume 4 * )

( gg zorglor)

Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
27-09-2009, 11:27 Message : #7 |
Zorglor Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 179
Inscription : Sep 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Les semaines s'écoulaient, interminables, devenant des mois. Si, malgré la faible qualité des soins prodigués par les hommes de Pelorus, le corps de Zorglor guérissait lentement, ce n'était pas le cas de son esprit, les drogues de Cirrio étant, elles, plutôt abouties.

Le tryker avait la plupart du temps la sensation diffuse de flotter dans un nuage qui, tel les vapeurs de la Goo, embrumait toute ses pensées et l'empêchait de se concentrer sur la moindre chose. Puis il y avait la douleur, toujours présente, affluant et refluant comme les vagues d'un lac agité, et rongeant chaque instant où il arrivait encore à maintenir sa conscience.

Progressivement, au fur et à mesure qu'il se remettait de la terrible attaque, ce que l'homin ressentait commença à se modifier. Petit à petit les nuages et les vapeurs se dissipaient, mais ce qu'ils laissaient maintenant apparaitre était effrayant. Zorglor se retrouvait comme emmuré dans son propre esprit, pris au piège derrière un mur invisible que les brumes restantes laissaient entrevoir. L'affreux sentiment d'impuissance du tryker ne fit que s'accroitre lorsqu'il comprit que ce qu'il voyait derrière les murs était ce qui était maintenant lui ... Un corps, tel une coquille vide, sa volonté anéantie, se déplaçant et agissant sans qu'il ne soit informé, sans qu'il ne puisse s'y opposer, sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit.

Chaque jour qui passait était un supplice renouvelé. Après de nombreux mois, il commençait enfin à retrouver une réelle conscience, sans pouvoir l'utiliser. Il ne se passait que peu de jours sans qu'il ne tente de dépasser les murs, sans succès. Alors progressivement, le désespoir le gagnait, il tentait, avec difficultés, de repenser à tous ceux qui l'aimait. Puis, les brumes revenaient, durant parfois plusieurs jours et le tryker faisait comme un retour en arrière, et reprenait son combat depuis le début.

* * *

Ce jour là, Cirrio état en retard, ce qui avait pour don d'agacer vivement Pelorus.
- Où traine donc ce fichu botaniste ? Il faut qu'il vienne nous livrer l'outre suivante de sa drogue pour le sujet, on n'en n'a plus !
- Il avait pourtant bien dit qu'il trainerait aujourd'hui.

Le chef du camp grommela
- Quelle idée stupide j'ai eu le jour où j'ai accepté son expérience. J'aurais encore mieux fait de lui donner l'esclave, on en aurait été débarrassés.
- Oui, mais il a bien dit qu'il préférait pour la sécurité, qu'on le garde.
- Crois-tu que je m'en souviens pas, idiot ? Résultat, à chaque fois que le camp est attaqué, on doit aller le planquer dans la cachette. Quelle galère !
- C'est efficace quand même sa méthode.
- Oh bah bien sûr, ca marche bien ... Mais bon, la méthode n'est pas encore vraiment utilisable. Si, à chaque fois qu'on a besoin d'un esclave, il faut l'emmener se faire à moitié dévorer par tous les carnivores du coin, puis ensuite le soigner pendant des mois, lui administrer des drogues chaque jour ... on ne s'en sort pas ! C'est quand même plus simple d'utiliser des enclos, des cordes, des fouets et des gardes !

Au bout de quelques heures d'attente et de quelques crises de colère de Pelorus, ils durent se rendre à l'évidence Cirrio ne viendrait pas ce jour là. Il ne vint pas non plus les deux jours suivants.

Le quatrième jour était un "bon" jour pour Zorglor, qui se mit à constater un phénomène nouveau. Les murs qu'il ressentait au plus profond de lui-même étaient comme souples, friables, et semblaient comme s'éloigner au fur et à mesure que le tryker s'avancait en vacillant vers eux. Alors il continua à marcher, lentement, mais même si sa prison s'agrandissait, elle ne disparaissait pas pour autant.

Progressivement, l'homin commença à ressentir un sensation étrange, comme un chatouillement à la lisière de son esprit. D'anciens souvenirs d'une sensation réconfortante, une présence chaleureuse. Indécis, il s'arrêta, laissant les bribes de sensation affluer. Très lentement, l'esprit de Zorglor se rouvrait sur le monde.
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
27-09-2009, 16:20 Message : #8 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Nymphéa se tournait et se retournait dans son hamac. Comment trouver le sommeil alors que celui qu?elle aimait le plus au monde, son homin devant les lacs, restait introuvable depuis des mois ? Zorglor lui manquait terriblement, et le vide qu?elle ressentait ne se comblait pas avec le temps ?

Depuis sa disparition, peu après qu?elle lui ait annoncé qu?elle attendait un autre bébé, elle ne cessait de le chercher, remuant ciel et sciure pour trouver un indice. Elle espérait secrètement que le Grand Voyage organisé pour les Dragons Noirs la mènerait sur le bon chemin ? Où pouvait-il bien être ?

Son regard se posa sur Riano, leur petit dernier, déjà âgé de quatre mois, et qui n?avait jamais vu son père. Son c?ur se serra douloureusement, partagé entre l?amour qu?elle portait à l?enfant et sa détresse de ne pas savoir où se trouvait Zorglor.

Fermant les yeux, elle tenta de se concentrer sur le Lien mental qui l?unissait à son homin. Un lien étrange qui leur permettait de faire communier leurs esprits, malgré la distance, et grâce auquel ils restaient toujours en contact, pouvant aussi bien se parler que partager leurs pensées et leurs émotions, même quand la moitié d?Atys les séparait.

Les lèvres pâles de la trykette aux cheveux verts murmurèrent dans la pénombre

« Réponds-moi, Yem-Zory ken y ameen sul ! Je t?en supplie ? Je sais que tu es toujours vivant, je le sens ? Le Lien est fermé mais pas détruit ! Où es-tu, ny-amn ? Pourquoi gardes-tu le Lien obstinément fermé de ton côté ? Si tu savais comme je souffre et combien je m?inquiète pour toi ! »

Une larme roula sur sa joue, sembla hésiter un instant, puis tomba lourdement sur la fleur séchée que Nymphéa tenait à la main. Esquissant un sourire, la trykette se remémora le jour où Zorglor lui avait offerte

« Ny-amn, ferme les yeux ! J?ai une surprise pour toi ! »

Elle avait obtempéré, le sourire aux lèvres, tandis que son aimé lui glissait avec amour une magnifique fleur dans le lien d?une de ses couettes.

« Je cherchais depuis si longtemps une de ces mystérieuses fleurs qui parlent ! Et là, alors que je ne la cherchais plus, je l?ai trouvée. Belle, magnifique, même, presque autant que toi, ny-amn ! Elle semblait me dire « Je suis née pour Nymphéa ? Je suis née pour elle ?Alors, je l?ai cueillie avec tout mon amour. »

La trykette sourit un instant à ce souvenir. Mais très vite, la tristesse et l?angoisse l?envahirent de nouveau. Zorglor lui manquait tant !

« Oh, ny-amn, où es-tu ? Essaie d?ouvrir le Lien, je t?en prie ! Mon avis de recherche ne donne rien, personne ne semble t?avoir vu nulle part ?Y wynt seel sul al pact selleen agan yem lyf?al wil sul, yem Zory ! Y ameen sul al sul cail ad y nios ken antolldoy ?» (*)


- hrp -

(*) Je veux te voir et partager encore ma vie avec toi, mon Zory ! Je t?aime et tu me manques plus que jamais ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
27-09-2009, 17:08 Message : #9 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Le lendemain fut un grand jour pour les Dragons Noirs. En effet, ils fêtèrent l?arrivée d?une nouvelle recrue, Varah. La trykette, ornée d?un joli chapeau, fut source de mille attentions. Entraînée par ses joyeux compagnons, elle eut droit à une visite en règle du hall de guilde, et, peu après, fut rééquipée de la tête aux pieds. Dakhy, emporté par l?envie de suivre à la lettre la troisième valeur tryker ? Sella, le Partage ? se retrouva même en petite tenue après avoir fait don à Varah de l?armure légère qu?il portait.

Quelques danses et chants joyeux plus tard, la petite troupe partit en riant à travers les Lacs, afin de permettre à la jeune trykette d?acheter tous les pactes trykers accessibles à des neutres de religion.

C?est ainsi que leur expédition les mena aux Plages d?Abondance et qu?ils furent amenés à passer juste devant le camp des vils Esclavagistes, leurs pires ennemis ?

Nymphéa, vêtue d?une magnifique armure Ry-Tashok blanche étincelant au soleil, heaume baissé et hache à la main, ouvrait la route, taillant à travers les torbaks, zerx et autres cutes un chemin pour les jeunes Dragons Noirs qui la suivaient.

Ils croisèrent un groupe d?Esclavagistes peu avant le camp fédéral récemment dressé. Visiblement, ils rentraient à leur propre camp. Sans savoir pourquoi, Nymphéa choisit de les suivre de loin.

Le camp maudit était tout près ? La cheffe de la Garde aurait dû s?en éloigner, mais ? une sensation étrange l?en empêchait ? Une sensation familière, mais dont elle ne parvenait pas à saisir la fugitive essence ?

Elle s?arrêta presque aux yeux des gardes matis. La sensation était plus forte ici. Elle se concentra, essayant d?identifier ce qu?elle ressentait. Mais elle ne pouvait rester là plus longtemps ? Elle était la seule expérimentée du groupe, et ne pouvait risquer un affrontement immédiat avec la tribu, les forces étaient trop inégales.

Le téléporteur karavanier était à présent en vue. Un torbak et des cutes aussi ? Le combat s?engagea, et, tandis que Nymphéa frappait de toutes ses forces l?énorme torbak de la lame de la hache qu?elle avait façonnée elle-même, elle comprit !

« Zorglor ! Ny-amn !!! C?est ta présence que j?ai ressentie devant le camp de la tribu !!! Tu es ici, j?en suis certaine ! Comment ne l?ai-je pas ressenti plus tôt ? Nous venons si souvent montrer aux Esclavagistes ce que nous pensons d?eux ? Oy, yem-Zory ! Que t?ont-ils fait ? Tiens bon ! Je cours réunir une armée entière de Dragons Noirs ! Ce soir, tu dormiras à la maison, mon amour ! »

Dès que la petite troupe fut en sûreté, elle retourna à Fair Haven et fonça sonner le rassemblement. Le Lien était de nouveau totalement fermé, mais Nymphéa savait désormais où chercher ? Et elle était prête à tout pour sortir son aimé de là !
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée

Envoyer un message privé à cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur Éditer ce message Supprimer ce message Citer ce message dans une réponse Citer ce message dans une nouvelle page de réponse Signaler ce message à un modérateur Avertir l'auteur pour ce message
27-09-2009, 20:38 Message : #10 |
Prudence Hors ligne
Yubo Craintif
***
Messages : 196
Inscription : Dec 2008
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
C'est si beau que vous me faites pleurer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 509
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: Une si belle surprise   Lun 22 Sep - 9:35

30-09-2009, 10:24 Message : #11 |
Nymphéa Hors ligne
Ora
******
Messages : 3,406
Inscription : Jul 2010
Niveau d'avertissement : 0%
Une si belle surprise
Beaucoup de Dragons Noirs avaient répondu à l?appel de Nymphéa. Lâchant sans hésiter leurs activités respectives, tous foncèrent au bar de Ba?Naer, lieu du rendez-vous. Il y avait là Heradesse, Hannadiha, Rigalto, Dakhy, Adenya, Prudence, Varah et Farashin, tous forts inquiets devant la mine sombre de leur cheffe.

Lorsque celle-ci eut expliqué la raison de ce rassemblement, leur sève ne fit qu?un tour. Et c?est le regard animé d?une détermination farouche et d?une fureur invincible que les paisibles artisans, foreurs et chasseurs brisèrent un cristal, à l?unisson, pour être envoyés au téléporteur karavanier des Plages d?Abondance.

« Rendez-nous Zorglor !!! »

Le cri impérieux de Nymphéa retentit à travers tout le camp des Esclavagistes, bientôt couvert par les cris de charge d?une Garde déchainée. La tribu ne résista pas bien longtemps face à la détermination et à la rage des Dragons Noirs, qui déversaient sur elle toute leur fureur, tel le Grand Dragon prenant son envol pour cracher ses flammes et tout balayer sur son chemin.

« Il n?est pas ici !
- Plusieurs Esclavagistes se sont enfuis à notre arrivée, ils ont peut-être emmenés Zorglor avec eux ?
- Alors nous les retrouverons ! Fouillons chaque recoin des Plages d?Abondance ! Vite ! »

S?ensuivit une formidable course à travers cette région hostile, chaque Dragon scrutant tour à tour la sciure et l?horizon, en quête du moindre indice. Chaque mètre carré de terrain fut exploré sans relâche, les prédateurs tombant sous les coups avant même d?avoir eu le temps de terrasser un seul de leurs farouches adversaires. Mais rien ? C?était comme si les fugitifs n?avaient jamais existé ?

« Là-bas, des bandits !
- Que les Vents m?en soient témoin, s?ils ont vu quelque chose, ils vont parler !!! »

Bientôt, les bandits tombèrent à leur tour, et un jeune rescapé, fraîchement enrôlé, parla « Des Esclavagistes sont partis vers le sud-ouest, en direction du vortex, il y a peu de temps. »

La troupe se rua dans cette direction et, peu après, finit par trouver Zorglor, inanimé, dans un renfoncement de terrain, gardé par deux Esclavagistes. Ceux-ci ne purent faire grand-chose contre la troupe en furie, et, bientôt, ils furent rappelés par la Karavan qui, pour une obscure raison, les protégeait jusqu?à avoir placé un de ses agents au c?ur de leur tribu.

« Ny-amn !!! Yem-Zory ! »

Nymphéa tomba à genoux devant son aimé inconscient, tandis que les mages rivalisaient en sorts de soin pour soigner ses blessures et le ranimer. Le tryker aux cheveux violets ouvrit bientôt des yeux vitreux avant de se recroqueviller sur lui-même. Près de lui, abandonné sur le sol, une gourde à moitié vide, rempli d?un liquide verdâtre à l?odeur étrange ?
Nymphéa Lae Lia
Dévoreuse de fruits caramélisés
Adresse IP : Notée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une si belle surprise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CDG 26/06/06] Une très belle surprise sur CDG , le 26/06/06
» [LIL 13/05/07] Spotte Lille-Lesquin, avec une belle surprise
» Qui veut une belle valise à figurines pour Nowel ?
» De la belle ouvrage!
» [topic unique] Les plus belle photo de moto du net

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: