Bai Nhori Drakani

Forum de la guilde Bai Nhori Drakani (Garde des Dragons Noirs) du jeu en ligne Ryzom
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Contes d'Atysoël

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Contes d'Atysoël   Mer 27 Déc - 10:42

En ce jour de Mystia CA2 2596, Kyriann déboule dans le GH et tombe sur Ny-Jazzy en train de travailler.
Malgré les papiers qui s’amoncellent autour de lui, Kyriann se précipite pour lui faire la bise et l'interrompre sans vergogne dans son travail.
- Ny-Jazzy ! Que y syln contente de sul voir !
- Sul gan lor ?
- Y ai été bien déçu de ne voir aucun drakan à la veillée des contes eny y comprends que sul as beaucoup de travail.
Jazzy essaie bien de s'expliquer mais le flot de parole continue.
- Eny il y avait plein d'amis quand même ! Kyriann compte sur ses doigts. Siela, Altheane, la grande Zhan-Miko. Y ai même rencontré un fyros qui veut monter une troupe de thêatre ! c'est ver lor, an ?
- Zhan-Miko a beaucoup apprécié mon conte sur les masques, c'est une grande amie.
Jazzy fronce les sourcils mais Kyriann ne le remarque même pas.
- Le lutrykin m'a redonné mon insigne de conteuse. Y vais pouvoir le remettre jusqu'au prochain Atysoël !
Kyriann baisse la voix :
- Il y avait même des marauds en quantité, y avais un peu peur car Liosta avait fait un caprice et y avais du l'emmener avec y eny tout s'est bien passé même s'ils n'ont pas applaudi eux..
-Bref, après Siela nous a offert la tournée au bar de Liffan et Zhan-Miko nous a concocté un Chaï du tonnerre ...
Le flot de parole s'interrompt... Kyriann regarde Jazzy pleine d'espoir ...


Dernière édition par Kyriann le Sam 30 Déc - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Sam 30 Déc - 12:59

Est ce la mention de Zhan-Miko, est ce autre chose mais Ny-Jazzy semble rester muet quelques minutes.
Kyriann fait celle qui n'a rien vu et attend patiemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Jeu 4 Jan - 12:07

Jazzy, qui entendait en fond le deferlemment de détails de Kyriann, restait dans sa vision si agréable et reposante... il avait retrouvé Ny-Soleya quelques heures plus tôt et ses pensées étaient douces et le rendaient paisible...

- Il y avait même des marauds en quantité, y avais un peu peur car Liosta avait fait un caprice et y avais du l'emmener avec y eny tout s'est bien passé même s'ils n'ont pas applaudi eux..
-Bref, après Siela nous a offert la tournée au bar de Liffan et Zhan-Miko nous a concocté un Chaï du tonnerre ...

... Ny-Jazzy...?

Un peu confus de son rêve, Jazzy se reprend doucement:
- ho.. heu.. oy! bien sûr! hm..! c'est super!
- Jazzy! sul ne m'as pas écouté!!! Kyriann était frustrée d'une seconde absence de Jazzy dans ses récents récits. Je m'en vais!!!
- Kyriann, Y syln tellement désolé... Jazzy n'allait même pas tenter d'expliquer le motif de ses rêveries en voyant à quel point Kyriann était déçu.
- Y te parle de contes! De theatre! Al Sul ne me prête aucune attention!
- Sul.. sul... parles de theatre???? s'intéresse alors Jazzy.
- un Fyros veut mettre une troupe en place... se force de répondre la trykette tristement...

Jazzy écarquille les yeux.
- c'est une idée tellement géniale!!! Kyky! Sul dois créer cette section à Fair-haven!!!
Jazzy se lance à son tour dans un monologue rythmé par son engouement:
- on aurait une section de theatre dans les lacs! On pourrait rejouer les grands moments historiques de la fédération.... des histoires plus légères... des situations plus drôles pour les enfants... on ferait des rencontres avec les autres nations... on pourrait accueillir les chefs des autres nations... c'est tellement génial!!!
...
Sul a carte blanche! et puis... *sourit malicieusement* sul pourrais mettre en scène ton conte d'atysoel? hm? qu'en penses-sul?

_________________
Jazzy
Chef O' Nhori Drakani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Ven 5 Jan - 7:25

Il n'en faut pas plus pour faire disparaitre toute déception et Kyriann se lance dans son activité préféré : raconter...
-Grytt Ny-chef *ne résiste pas au plaisir d'embrasser ny-chef* Y syln tellement contente.
- Y dois dire que y ai un peu pris les devants al y vous ai compté, Eo al sul dans la troupe car voilà le problème...
Kyriann fait la moue
- Naton n'avait jusque là essuyé que des refus al à deux ça va faire un peu léger pour une troupe eny avec l'aide des Drakani tout va rouler comme sur des roulettes trykers bien huilées.
Kyriann se garde bien de mentionner qu'elle a proposé à Zhan-Miko de faire le metteur en scène dans son enthousiasme du début.
-Eny sul crois que les contes vont pouvoir être joués ?
Kyriann est dubitative.
- Est ce que y sul ai dit déjà ceux de cette année ?
Les yeux de Kyriann brillent d'anticipation.
- Sul veux que y sul les dise ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jazzy

avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 01/03/2014

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Sam 6 Jan - 22:48

- Bien sûr que sul peux me les raconter!
eny y syln certain qu'ils pourront être scénariste tor une belle histoire vivante... la magie d'atysoel n'en sera que plus belle!
Jazzy hesite... puis sourit:
- Cela dépendra du jeu d'acteur!
Jazzy sourit à Kyriann et lui valide l'idée par un clin d'oeil rassurant!
Nous feront une réunion de guide tor cela! avec les invités que sul jugeras nécessaire tor l'aide à apporter!

_________________
Jazzy
Chef O' Nhori Drakani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Dim 7 Jan - 8:29

D'abord il y avait le conte sur le masque. A sul, y peux le dire, c'est la mésaventure arrivée à Siela qui a inspiré cette histoire. Siela a gentiment donné son accord pour que y puisse l'écrire puis la raconter.

Kyriann prend la pose et se lance dans son conte retrouvant rapidement le rythme de la conteuse.

Le masque déchiré
Conte d’Atysoël (2017)

Vous savez qu’on porte traditionnellement des habits rouge et blanc pour Atysoël mais savez vous pourquoi ?
Voilà une histoire telle qu’on me l’a racontée en pays zoraï.


Il était une fois un kwai qui avait perdu la foi dans les Kamis et avait choisi de vivre parmi les Matis dans l’église de Jena. Il était resté néanmoins très aimé, entouré d’amis des quatre nations car il était aussi très bon, toujours prêt à aider son prochain. Son masque reflétait sa sérénité intérieure, sans aucune marque.

Un jour notre kwaï s’endort fatigué au coin d’un feu dans un endroit retiré de la ville d’Yrkanis. À son réveil, il se sent un peu patraque, pas comme d’habitude mais sans pouvoir dire pourquoi. Revenant vers le centre d’Yrkanis, il sent sur lui les regards des homins qu’il croise. Il y voit de la peur ou de la colère. Son masque le tiraille de plus en plus et il cherche une surface assez lisse pour pouvoir l’examiner. Stupeur ! Il en tombe à genoux et les larmes coulent sur son masque mais sans effacer les marques qui le zèbrent de part en part, des griffures rouges et blanches, des marques de traîtrise et d’infamie. En vain, il essaie de les effacer et, couvert de honte, il s’enferme dans son casque refusant de le retirer quelles que soient les circonstances.

Le voilà qui erre sur l’écorce, malheureux, enfermé dans son casque, ne pouvant plus sentir la douceur du vent et des rayons de l’astre du jour sur son masque.

Entre nous soit dit, y pense que le plus dur c’était quand même de ne plus pouvoir boire de bière en charmante compagnie au bar mais bon c’est une histoire de Zoraï pas de Tryker.

Mais malgré ces marques, il reste un homin bon et un jour il se voit interpeller par une Zoraï à l’entrée de la Kitinière du Bois d’Almati. Elle a perdu là-dedans un pendentif très précieux et a besoin d’aide pour le retrouver. Et les voilà partis, affrontant côte à côte les dangers de l’endroit. Après maints combats, ils arrivent dans une salle isolée et calme où les lumières changeantes dessinent de merveilleux dessins sur les parois. Le spectacle est saisissant et comble de bonheur, le pendentif est là !
La joie de la Zoraï réchauffe le cœur du kwaï si triste.
- Ari’kami Kito, vous êtes un homin si bon. Mais pourquoi ne retirez vous pas votre casque ? Nu voudrais pouvoir vous remercier et graver vos traits dans ma mémoire.
- Shikyo-né, kai’bini, ne me demandez pas cela.
- Mais pourquoi, l’endroit est calme et les lumières sont si belles. Nu vous en prie, montrez-moi votre masque !
Sans un mot, le kwaï penche la tête pour enlever son casque et relève les yeux vers l’homine. Des larmes de honte coulent sur le masque sans bruit.
- Oh ! Les yeux de l’homine s’écarquillent et elle tend la main vers le masque jusqu’à effleurer les marques.
- Né, nu ne peux pas le croire, vous êtes trop bon pour porter ces marques. Que s’est-il passé ?
Il remet son casque et raconte son histoire.
- Mais il ne faut sûrement pas cacher ces marques ! s’exclame l’homine. Si vous les cachez, vous donnez raison à celui qui les a faites. Si vous les affichez au grand jour tout en restant vous même, vous résistez à la menace et vous vous montrez plus fort que lui. Croyez moi, vous n’êtes pas ce que voudraient dire ces marques.
Le chemin du retour est calme et juste avant de sortir la Zoraï se tourne vers notre homin :
- Nu vous en prie, faites moi confiance, retirez votre casque et marchez fièrement. Nu vous suivrai.

Galvanisé par les paroles de la Zoraï si sage, le kwaï retire le casque et recommence à aller vers les autres. Les premières rencontres sont difficiles mais la présence de la Zoraï rassure et la gentillesse du kwaï finit par triompher des dernières réticences.
Atysoël est là et le kwaï multiplie les bonnes actions tant et si bien que ces marques de rouge et de blanc visibles entre toutes sont accueillies avec joie et même espérées.

Et c’est pour cela que les homins qui ne portent pas de masque ont pris l’habitude de porter du rouge et du blanc sur leurs habits pour la période d’Atysoël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Dim 7 Jan - 8:59

Kyriann reprend son souffle et sourit à Jazzy.
- Zhan-Miko a eu la surprise à la veillée. Siela n'avait pas voulu lui dire à l'avance.
Kyriann fait la moue.
- Il faudrait vraiment le réécrire en entier pour en faire une pièce de théâtre.
- Y gan sul dire le deuxième. Peut-être est il plus adapté à une transformation. Sul y diras.
Kyriann sourit à Jazzy.
- Y ne sul dis pas qui a inspiré cette histoire. On verra si sul devines...

La lumière des feux
Conte d’Atysoël (2017)

Il était une fois une jeune trykette qui était heureuse dans sa famille. Rippie Be’Loppy, car tel était le nom de notre trykette, avait paisiblement grandi dans les lacs mais elle avait rejoint une famille qui estimait que l’hominité était plus importante que la sève ou la faction. Du coup, dans sa famille, elle côtoyait toutes les sèves et s’ouvrait aux trésors de l’amitié. Un jour, elle dansait avec un zoraï, le lendemain elle s’entrainait avec une matis… La vie semblait s’écouler sans heurt tant la joie de vivre emplissait sa maison. La cheffe de sa maison était une trykette elle aussi. Rippie adorait sa cheffe qu’elle considérait comme sa grande sœur. Parfois elle la voyait se renfermer sur elle-même, car sa cheffe avait déjà vécu des choses effroyables, avant même que les Kitins ne ravagent la surface d’Atys. Dans ces moments, Rippie était toujours là pour aider sa grande sœur et il suffisait de retrouver les membres de la famille pour que ces instants de noirceur s’enfuient devant la joie et les rires. Rien ne semblait pouvoir les atteindre.

Pourtant, petit à petit, l’un après l’autre, les membres de la maison se faisaient plus rares puis finissaient par disparaître car la vie est ainsi faite que rien n’est immuable.
Un jour, il ne resta plus que Rippie et sa grande sœur. Rippie essayait de maintenir la joie, mais parfois le cœur n’y était plus et sans les rires des autres, il devenait de plus en plus difficile de tenir à distance les démons de sa grande sœur.
Arriva ce jour funeste, où loin de l’amitié de Rippie, la cheffe de la maison perdit son sang-froid. Harcelée, se sentant rattrapée par ses démons, la cheffe rejoignit les plus noirs des noirs, coupant les ponts avec l’hominité et abandonnant les rênes de sa maison.
Rippie se sentit coupable de n’avoir pas été là et elle guetta, en vain, longuement sa grande sœur sans penser à prendre soin d’elle. Elle devint une vraie sauvage et perdit jusqu’à l’habitude de parler aux homins.
Épuisée et inconsolable, Rippie revint à Avendale et prit la terrible décision de quitter cette maison qui lui rappelait trop combien ils avaient été heureux.
Elle erra longtemps sans s’arrêter car dans chaque endroit le flot de ses souvenirs menaçait de la submerger jusqu’à, un jour, tomber sur une enfant en pleurs.

Elle était, une fois de plus, revenue dans les Lacs, attirée par cette douceur qu’elle aspirait, malgré tout, à retrouver. Là elle entendit pleurer, des pleurs déchirants mais réfrénés comme si l’homin qui pleurait avait peur d’attirer l’attention. Elle, qui avait tant pleuré, ne put résister à ces sanglots et, s’approchant sans faire de bruit, elle découvrit cachée dans un bosquet de bambú une petite fille toute habillée de bric et de broc. Craignant qu’elle ne s’enfuie et ne se heurte à un des cloppers qui arpentaient la plage, Rippie bondit et attrapa la petite pour la serrer dans ses bras. La petite commença par se débattre de toutes ses forces mais, visiblement exténuée, elle se laissa rapidement aller dans les bras de Rippie et les sanglots reprirent de plus belle jusqu’à ce qu’elle s’endorme d’un coup.
Rippie resta là de longues heures, attendant que la petite se réveille.
Quand elle ouvrit les yeux, Rippie lui sourit et ouvrit la bouche pour lui demander son nom et ce qu’elle faisait là mais elle n’avait pas parlé depuis longtemps et tout ce qui sortit fut un croassement qui fit éclater de rire la petite. Rippie ne put que serrer ce petit corps contre elle pendant qu’elles étaient toutes les deux secouées par un fou-rire entrecoupé de sanglots. Rippie avait retrouvé une raison de vivre.
Rippie et la petite parcouraient Atys en tout sens. Rippie parlait, enseignait, montrait, la petite écoutait, apprenait et s’entraînait. Le soir, elles s’endormaient sous la voûte du ciel et les racines de la canopée. Si l’une avait du chagrin, l’autre était là pour la consoler. Si l’une était heureuse, la présence de l’autre renforçait cette joie. Les yubos les suivaient partout où elles allaient. Même les cloppers hésitaient devant tant de bonne humeur.

Un matin d’Atysoël, sentant une présence, Rippie se réveille en sursaut et voit en face d’elle une homine inconnue. Des yeux, elle cherche la petite mais ne la trouve nulle part et pâlit subitement. L’homine en face lui sourit gentiment et d’une voix très douce lui dit :
« Ne cherche plus la petite, Rippie. Tu l’as prise sous ton aile et tu lui as enseigné sans rien lui demander en retour. Elle a accompli son destin. Pour te récompenser, je vais t’offrir deux choses, d’abord tu n’oublieras jamais ces instants de bonheur et pourras toujours y puiser la consolation pour aller de l’avant, ensuite je vais t’apprendre à allumer des feux de camp dans lesquels brilleront les images de l’amitié. Ceux pour qui tu les allumeras seront apaisés de leurs tourments. »
L’homine se lève et tend à Rippie un briquet qui semble diffuser une douce lumière.
« Prends le, Rippie, et sème la joie sur Atys »
Et l’homine disparaît.

Depuis, Rippie parcourt les chemins d’Atys. Elle en connaît tous les recoins et en fait découvrir la beauté à tous ceux qui veulent faire un bout de chemin avec elle. A la fin de la journée, elle allume le feu de camp et les homins qui l’accompagnent croient entendre un rire d’enfant et voir dans les flammes un sourire qui leur réchauffe le cœur.
Et un jour, un après l’autre, ses frères et sœurs croiseront les feux de camp et reviendront dans la maison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Mer 10 Jan - 0:12

Quelques jours après Kyriann revient dans le GH avec manifestement la tête ailleurs.
- Ben Kyky on dit plus lordoy ?? l'interroge ny-Jazzy.
- Oups Senn !
Kyriann se précipite pour faire la bise à Ny-Jazzy.
- Y pensais à tout ce que y ai à faire. Y ai de nouveau rencontré nair-Naton. On a décidé de commencer par adapter une première histoire courte en pièce avec indication du jeu des acteurs etc... Nair Naton voulait écrire une histoire originale eny y crois qu'il faut qu'on commence petit déjà pour voir si on y arrive. Y lui ai dit que sul nous soutenais à 100%.
Kyriann repart dans ses pensées : Y gan déjà voir quelle histoire, ensuite obtenir l'autorisation de l'auteur ensuite travailler les dialogues...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyriann

avatar

Messages : 137
Date d'inscription : 02/12/2016

MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   Jeu 11 Jan - 19:28

Quelques jours plus tard, Kyriann semble être sortie de sa phase d'absence.
Elle s’approche de ny-Jazzy pour lui faire la bise et demande avec un sourire timide :
- Au fait ny-Jazzy sul ne m'as pas dit si sul avais aimé les contes de cette année ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contes d'Atysoël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contes d'Atysoël
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Story] BIONICLE Les Contes de Sahmad : Podcast 1
» [Preview] Les contes de L'Orient
» [Lien] Les Contes de Pets de la taverne.
» Salle des contes et légendes
» Jeoffrey Lannister - Contes du Donjon Rouge

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Bai Nhori Drakani :: Porte du Grand Hall - Roleplay :: Gravé sur l'Ecorce-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: